Andriamialy

Madagascar : liste électorale défaillante, l’improbable explication

Le premier tour de la présidentielle malgache s’est déroulé le 25 octobre dernier. C’était évidemment un jour férié. Par chance, j’avais mes congés en plein dedans. Mais figurez-vous que je n’ai pas pu voter parce que je n’étais pas sur « la liste ».

La liste électorale a été décriée et on parle de différentes lacunes. En fait, je pense que toutes les erreurs possibles ont été évoquées :


– les citoyens recensés qui ont une carte d’identité, mais qui ne sont pas inscrits sur la liste électorale
– les individus recensés, mais qui n’auront pas atteint l’âge de leur majorité avant le jour du scrutin
– les citoyens qui sont déjà majeurs, mais qui n’ont pas de carte d’identité
– les cartes électorales non distribuées
– les individus possédant leur carte électorale, mais qui ne sont pas sur la liste électorale
– etc.

On dit que l’erreur est humaine et les Malgaches disent « : C’est pas facile de faire les choses » (Tsy mora ny manao zavatra). L’excuse à tout faire.

Mais j’imagine la tension que ça peut engendrer par exemple si quelqu’un est dans le cas d’une personne qui a sa carte, donc, elle vient dans le bureau de vote avec sa carte, totalement prête à exprimer son droit de vote, rêvant en avance de la victoire écrasante de son candidat favori et à qui on dit :

 » Désolé monsieur/madame, votre nom n’est pas sur la liste ».

Au moins, sans sa carte d’électeur en main, on se « résigne » à rester chez soi et profiter du jour de congé offert pour faire autre chose.

Mais moi, je ne fais pas partie des cas listés ci-dessus. Pour simplifier, moi, je ne suis même pas recensé. Je l’ai su en voulant récupérer ma carte d’électeur. Et voici l’improbable explication :« Lorsque les recenseurs ont fait le quartier, ils n’ont pas pu rentrer dans votre enceinte et de ce fait, tout l’immeuble  n’a pas été recensé ».

… Au total 4 familles à la poubelle
C’est vraiment pas facile de faire les choses.


Guide pour réparer sa voiture à Isotry

Je suis de retour

J’ai été en congés. Je n’ai pas quitté la capitale, c’est juste que j’avais des trucs à faire et je voulais un peu m’éloigner des ordinateurs (sauf pour faire quelques parties de PES). De cette manière, je pouvais me rapprocher de ma famille, ma femme, mes 4 enfants et ma petite 205 3 portes année 1986.

La crise de la trentaine

Oui, ma voiture a 27 ans, presque mon âge, mais elle tient encore la forme. A vrai dire, elle n’a probablement plus beaucoup de chose à voir avec l’originale. Depuis que je l’ai acheté en 2010, je lui ai déjà remplacé le moteur, des parties de carrosseries, et autres accessoires, sachant que les propriétaires d’avant ne l’ont pas non plus ménagé en terme de pannes, accidents et autres personnalisations.

Je trouve donc, normale, qu’elle me fasse une petite crise : bruit dans le train avant, démarrage poussif, amortisseurs ramollis, etc. et comme elle et moi, on veut toujours être dans le coup, une petite révision s’impose.

ISOTRY, c’est le plus grand garage drive-in à ciel ouvert de Madagascar

C’est le supermarché des pièces d’occasion. C’est le tout en un de la réparation automobile. C’est…trêve de comparaisons, c’est juste qu’avant je ne savais pas et maintenant que j’ai essayé, eh bien, j’en reste encore bluffé.
Je m’excuses déjà de ne pas mettre de vraies photos sur cette article. Je pense que tout ce que je vais raconter n’est pas vraiment très très légal. Donc, pour ceux qui ne connaissent pas, visuellement l’endroit, je vous laisse imaginer.

Il faut dire qu’Isotry n’est pas vraiment un quartier huppé, au contraire. Mais c’est comme tous les quartiers de Tana, on voit ce qu’on veut voir : la pauvreté et la richesse, l’insalubrité et le luxe, le désespoir et les opportunités. Ces vazaha (européens) que j’ai vu rentrer dans leurs appartements en plein Isotry, entre les ordures, en est la meilleure illustration.
isotry
Voici, donc, le guide pour réparer ta voiture à Isotry en 4 petites étapes

Étape 1 : Choisir son emplacement

Il faut arriver de bonne heure pour trouver une place de parking. Moi, j’ai garé ma 205 dans cette impasse (cercle jaune).
Comme dans presque toutes les rues du centre-ville, il y a un gardien de parking qui tient cette place et que tu devras payer avant de partir. Tu le paies pour la sécurité de ta voiture. Ça ne veut pas dire qu’il va protéger ta voiture des nombreux voleurs qui grouillent alentours mais que si tu ne veut pas payer…. »tu comprends ce que je veux dire »!

Étape 2 : faire le diagnostic

Bien sur, des mécaniciens, informels attendent déjà sur place. Pour ma part, j’ai ramené mon mécanicien. En 2 temps, 3 mouvements, voilà le train avant de la 205 mis à nu.
Donc, si tu comprends bien, ta voiture, qui roulait bien en arrivant, est à présent en mode « en panne » et en « réparation en bord de route ». Ce que tu ne pourrais pas faire ailleurs, comme au milieu de l’avenue de l’Indépendance par exemple.
Après constatation des dégâts, avec le mécano, tu fais le point sur les pièces à remplacer. A ce moment, si vous êtes 3, il y aura un qui gardera (vraiment) la voiture et les 2 autres iront chercher les pièces.

Étape 3 : bien choisir les pièces

Il y a essentiellement 3 types de pièces, l’étymologie peut varier :

les pièces neuves : ce sont des pièces détachées fabriqués pour ta Peugeot mais dans un pays qu’on ne te dis pas lequel. A en croire le mécano, les inconvénients sont que ces pièces sont plus fragiles comparées au pièces originales. Choisir donc des pièces neuves par exemple pour les courroies, les tuyaux, les pare huiles, etc.
Les boutiques qui les vendent, qu’on appelle les « pièces autos » sont partout aux alentours, Isotry et Ampefiloha.

Les pièces d’occasions, qu’on appelle aussi « bonnes occasion » ou en malgachisant « bônôkany ». Ce sont des pièces plus ou moins usées et il te faudra l’avis expert de ton mécano pour bien choisir. Ces pièces sont plus solides, selon le mécano toujours.
Certains magasins de « bonnes occasions » garantissent la provenance française des pièces. Ce qui est, dit-on, synonyme de qualité.
Le marché (cercle bleu) est un endroit ou l’on peut amener ces pièces usagées et où l’on peut aussi en acheter. Pour les malgaches, le genre de vendeur de ce marché est le « brocanteur » ou « brokatera ».
Choisir, donc, des pièces « bonokany » pour les pièces essentielles : transmission, roulement, bras, disques en tout genre, éléments du moteur et même moteur tout entier.

La fabrication artisanale ou le « vita gasy » (fait à la malgache). On connaît et on reconnaît la débrouillardise et la qualité de l’artisanat malagasy. Ce que tu ne sais pas (que je ne savais pas avant) c’est qu’on fabrique aussi, manuellement quelques pièces qui sont utiles voire indispensables pour la voiture. Il y a les amortisseurs qu’on appelle aujourd’hui les « silent bloc ». Il y a aussi des goujons, les poignées de portes, etc.. Il y a même des pièces que tu ne verra pas sur une 205 en France mais sur la mienne, oui : le contre-tampon par exemple. C’est un truc  en caoutchouc qui va pallier la méforme de tes amortisseurs avants.

– En outre, (et je sais que j’ai dit 3 types de pièces au début) il y a l’adaptation. Ça c’est une chose dans laquelle les mécaniciens malgaches excellent. Mais là, pour ne pas me faire griller, je ne pourrais pas en dire plus sur les adaptations qu’on aurait faits sur ma 205. Saches, seulement que si tu ne trouve pas de pièce neuve, si tu ne trouves pas une pièce d’occasion, si jamais on ne sait pas non plus le fabriquer, eh bien, tu pourras acheter une pièce de Renault, de Toyota, de Kia ou peu importe et on te l’adaptera.

– Enfin, en dernier recours, surtout si t’as pas beaucoup de budget, tu peux faire réparer ta pièce. Les amortisseurs peuvent être rechargés, c’est à dire qu’on va remplacer l’huile qui est dedans. Les pièces métalliques aussi peuvent être « rechargées », c’est à dire qu’on peut souder du métal tout autour et passer au tour pour avoir à nouveau la forme d’origine. Et ainsi de suite.

Étape3,5 : en attendant les pièces

Je rappelle qu’à ce stade, la 205 est sur cale dans l’impasse et à son bord, il y a quelqu’un qui poirote en attendant que des pièces s’achètent ou se rechargent.
Pour optimiser ce temps d’attente, tu peux en profiter pour améliorer ta voiture avec tout ce qui passe. Eh oui, des « experts » en embellissement vont faire la queue pour t’offrir leurs services :
– les vendeurs de pièces de tuning : couvre volant, couvre sièges, pare soleil, autocollants, fumée pour voiture, essuies glaces, pédales, etc.
– les carrossiers : retapage des petites bosses, réparation des pare-chocs et autres éléments de la carrosserie avec du fibre de verre
– les serruriers : réparations portes et verrous
– électriciens
– les produits miracles : présentés dans des petites boites ou flacons, ce sont des produits qui « rénoveraient » les éléments en plastique ou en cuir, qui effaceraient les rayures sur la peinture, etc.

Étape4 : montage et essais

Le plus dur est fait. Il te reste à tout remonter (en fait, c’est le mécanicien qui le fera) et à faire les essais. Et c’est fini sauf si en faisant les essais, un autre problème surgit. Ce qui arrive souvent lorsque on répare une voiture. Dans ce cas, retour à l’étape 2 s’il reste du temps, sinon, revenir demain et refaire tout depuis l’étape 1.
Avant de partir, n’oublie pas de payer le parking!

Et c’est ainsi que j’ai dépensé, facilement, 3 jours de congés et 500 000 Ariary (env. 160 Eur).


Bulletin unique et les handicapés, rebut de la société malgache

Le premier tour de la présidentielle malgache aura lieu le 25 octobre prochain avec l’utilisation pour la première fois d’un bulletin unique. Le principe du bulletin unique est simple : un papier assez large pour contenir sur 4 colonnes : numéro, titre/emblème/couleur du parti, photo/nom/prénom du candidat et la case vide à droite qu’on va cocher avec amour, espoir, et ferveur le jour J.

Tiens, un aveugle

Entre parenthèses : je suis chrétien adventiste du 7e jour. Cette église mondiale possède l’une des meilleures organisations au monde. Il faut savoir que le dirigeant mondial des adventistes est élu par le comité de la Conférence générale. Cette conférence générale est constituée de représentants d’un peu plus d’une dizaine de divisions, sortes de continents qui diviseraient le monde adventiste. Les dirigeants des divisions sont eux appelés lors d’un comité avec les représentants des unions, qui sont les subdivisions des divisions. Et ainsi de suite avec les subdivisions des Unions qui sont les fédérations ou missions, ces dernières divisées en districts. A la base (de la pyramide), c’est les membres d’églises qui votent en premier. Théocratie utilisant la démocratie et je ferme la parenthèse.

Je me retourne et je vois mon ami aveugle, seul. Je décide de venir m’asseoir à sa droite en lui disant « vais-je écrire ta liste pour toi ? ». Il me répond :  » Oui merci,  je veux pour ma liste des 5 personnes (les prénoms sont modifiés) : Jean, Luc, Matthieu, euh… Marc et…est-ce que toi Andriamialy tu veux être sur la liste ?  »

L’embarras

Voilà, donc, une illustration sur l’embarras que ça peut provoquer d’être un mal voyant lors d’une élection pendant laquelle on ne peut pas utiliser ses autres capacités : un toucher précis, une mémoire d’éléphant, peut-être un odorat très fin. Le bulletin unique est un vrai piège : 34 candidats, j’imagine mal comment un aveugle pourra s’en sortir. Essayons quand même :
– connaître d’avance les mensurations du document
– localiser (avec l’aide de quelqu’un) la case correspondant à son candidat à partir des bords
– s’entraîner jusqu’à avoir un taux de réussite dans les 99 %
– s’entrainer à replier correctement le papier en suivant les lignes en pointillés

Oui, mais où trouver des spécimens du bulletin pour faire les entraînements ?

Madagascar et le handicap

Aujourd’hui, les statistiques parlent d’un enfant sur cinq présentant un handicap à la naissance. Restons blogueur et oublions les statistiques, la société malgache n’accepte pas le handicap. Pourtant, la légende Ibahitrila (moitié-bois) ou Isilakolona (demi-homme) raconte l’histoire d’un prince handicapé, hémiplégique, donc. Seulement, il surmonte son handicap en utilisant les pouvoirs magiques que lui confère son statut de prince (expliqué ici).
Dans la réalité d’aujourd’hui, le handicap dans la société malgache est plus proche du proverbe « ny adalan’ny olona ihomehezana fa ny adalan’ny tena tafiana lamba » qui veut dire « on rit du fou des autres tandis qu’on couvre son propre fou ».

Les handicapés, on s’en fout

Marchez à Tana (Antananarivo, la capitale) et vous ne verrez : aucun aménagement pour l’accessibilité des personnes handicapées. Les 4 ou 5 fauteuils roulants qui osent s’y aventurer avancent au milieu des voitures. Je dirais 1 ou 2 d’entre eux seulement ne sont pas là pour mendier, et encore, les handicapés « préfèrent » mendier en rampant par terre pour mieux faire pitié.
De même, les écoles pour handicapés sont soit inexistantes, soit insuffisantes soit beaucoup trop cher.
Heureusement que les aides-chauffeurs des bus utilisent la criée pour haranguer les passagers, car au moins cette façon de travailler permet aux aveugles de reconnaître les lignes de bus.
Mais dans la majorité des cas, les handicapés restent chez eux.

 » T’es handicapé, alors tiens-toi tranquille « 

C’est peut-être pareil dans d’autres pays, je ne sais pas, mais ici, il y a des enfants qui rigolent au passage des handicapés. Là, je peux encore comprendre, car il y a toujours des fils et des filles de … mais le plus drôle c’est lorsque ce sont les grandes personnes qui s’y mettent. En quoi la vue de 2 ou 3 aveugles qui se promènent peut être hilarante  ? Dites-moi.
Mais être la risée, ce n’est pas le plus difficile à affronter à mon avis. Il y a surtout les préjugés comme quoi lorsqu’on a un handicap, on ne doit plus avoir des rêves et on doit se contenter de survivre, discrètement.

Exemple 1 :
C’était à la télé, un gars atteint de poliomyélite à une jambe (qu’on appelle ici  » un billet de 1000 et un billet de 500 « ) raconte sa vie et est fier de dire qu’il a le permis et qu’il aime bien rouler vite. Il finit en appelant aux sponsors de le financer, car il voudrait bien faire du rallye. Et le présentateur, en voix off de clôturer le documentaire :  » Ce n’est qu’un rêve qui ne se réalisera jamais, car bien sûr notre ami ne pourra jamais rivaliser avec des valides « .

Exemple 2
Un ami à moi se fâche avec un autre ami à moi. Comme je suis au milieu, j’écoute d’abord le handicapé qui dit  » je n’ai pas peur de lui, moi, j’en ai déjà mis KO des plus forts que lui et il ne me connait pas, il risque d’être surpris « . De son côté, l’ami non handicapé m’assure  » je ne veux pas me battre avec un handicapé moi, il est handicapé, il devrait juste se tenir tranquille  »

Mon exemple à moi
Oui, car dans l’histoire, moi-même, je suis handicapé. Oui et non, car les gens oublient toujours mon handicap. C’est une syndactylie pour laquelle j’ai été amputé très tôt d’un doigt avec un reste de 4 doigts assez petits. Mes parents appliquaient la politique erronée de  » non, ce n’est rien du tout, t’as pas de handicap du tout alors que SI.
Cette façon de voir m’a quand même permis de faire tout ce que je voulais sans avoir été préjugé incapable : flûte à bec puis piano, gardien de but, basket-ball, plus tard opérateur de saisie, etc.
Après tout ça, une personne est venue me dire que je devais rester tranquille dans mon mariage, car  » malgré tout  » j’ai réussi à avoir une femme jolie.

Et le braille alors

34 chiffres en braille sur le bulletin unique et le problème est réglé, sauf si c’est trop cher à faire, là j’ai rien à dire. C’est comme la canne blanche, le fauteuil roulant, l’appareil auditif, la prothèse, des trucs trop chers pour les Malgaches surtout lorsque les handicaps proviennent déjà de la pauvreté des parents (non suivi de la grossesse, accouchement difficile à la maison, vaccins non effectués, maladies mal traitées,etc.)
Au moins, si les autorités ne font rien pour faciliter le quotidien des handicapés, ce qu’on peut changer, peut-être pas facilement ni rapidement, mais au moins sans le moindre cout financier, c’est notre mentalité


Légendes : tout est à jeter?

Le 14 octobre est à nouveau férié à Madagascar à partir de cette année 2013. Cette date commémore la proclamation de la première république malgache. Une occasion pour moi de revoir avec vous toute l’histoire de Madagasikara (Madagascar) d’un point de vue  d’un blogueur et pas celui d’un historien ou d’un spécialiste que je ne suis pas. Et pourquoi ne pas faire une analyse à partir des contes et légendes?

L’histoire

Zanahary, le dieu créateur créa le monde et il créa aussi l’homme Mosa et la femme. L’homme s’étant ennuyé (ou peut-être en avait-il marre de sa femme), il demanda à Zanahary des serviteurs et dieu lui donna un sahafa (plateau en osier pour vanner le riz) et de la boue. Mosa façonna alors la boue, dieu souffla dessus et la boue est devenue d’autres hommes qui servirent Mosa. « Angano angao! arira arira! »  (les contes ne sont que des comptes! les légendes ne sont que des légendes!), si c’est faux ce n’est pas moi qui ai menti.

L’Histoire

Les spécialistes disent que les malgaches ont une origine austronésienne (c’est à dire d’une partie sud de l’Asie) commune à toute l’île. La langue, les coutumes, l’habitat, l’agriculture entre autres confirment cette hypothèse. Mais si on regarde les contes et légendes (si on les écoute, plutôt), il y avait depuis le début les sages et saints Ntaolo (les austronésiens) et les mystiques et effrayants Vazimba. Vazimba désigne les hommes de la forêt. Moi, Je dirais, personnellement, que les vazimba étaient les premiers sur la place, les deux peuples étaient en concurrence et les Ntaolo ont chassé ou assimilé les vazimba les rendant dans l’Histoire à de simples êtres légendaires puisque l’histoire est toujours celle des vainqueurs.

Quand je dis les saints Ntaolo, c’est que une adage malagasy(malgache) dit que du temps des Ntaolo, lorsque tu retournais une bouse de vache bien sèche, une matière première pouvant servir d’engrais, de ciment, de combustible et peut-être d’autre chose qu’on ne sait plus faire aujourd’hui, cela voulait dire qu’elle est à toi et personne ne va plus te la voler.

Les vazimba dans les contes sont petits et seraient pour certains spécialistes des pygmées ou une espèce naine du genre Homo comme l’Homme de Florès, le nanisme insulaire expliquant cela.. Mais depuis quelques temps,  beaucoup parlent d’une origine juive des premiers malagasy. En effet, les vazimba haïssent le porc, les malagasy en général pratiquent la circoncision, etc.

Des rois, des reines, des princes et des princesses

Les Ntaolo formaient des clans. Avec la croissance de la population, les clans grandissaient et des tribus se formaient naturellement. Comme dans tous les pays, il y a eu des peuples expansionnistes et voulant dominer les autres. Tout ceci aboutit à un royaume presque unique sur toute l’île avec un système social des plus complexes.

Merina_Kingdom_flag.1810-1885

drapeau merina, la tribu dont est issue les roi et reines de Madagasikara
Il y avait des rois, issus de la caste royale : les Andriana, et donc il y avait la caste des Andriana. Il y avait les Hova qu’on traduit souvent par nobles mais dont la position dans le système est beaucoup moins facile à traduire.

En effet, les hova forment eux-même une caste et les hova et les andriana ne se mélangeaient pas. Dans les dernières années du royaume malagasy, c’étaient bien les hova qui avaient la majorité du pouvoir dans les mains du Premier Ministre.
A part ces deux castes, il y avait aussi des sans-droits, des esclaves et peut-être d’autres que je ne sais pas.
Dans les contes et légendes il y a une formule magique « Raha andrian-dray aho, raha andrian-dreny », prononcez « randjédjayarandjédjéne » qui est l’abracadabra ultime permettant les tours de magies les plus improbables et qui veut dire « si mon père est andriana et si ma mère est andriana ».
Aujourd’hui encore, les andriana entre eux ou certaines personnes envers les andriana perpétuent cette « peur » selon laquelle on ne fait pas du mal aux andriana et on leur doit la politesse car ils sont sacrés.

armoirie 2 Madagascar Flag  Coat of Arms

Armoiries de deux dernières reines de Madagasikara Ranavalona 2 et 3
Ma mère est andriana et mon père est aussi un andriana (le fait d’être andriana se transmet plutôt par la mère), ce qui ferait de moi un prince dans d’autre temps. Et étant petit, j’ai vraiment essayé des sorts du genre « raha andrian-dray aho raha andrian-dreny, que la pluie cesse tout de suite » ou « raha andrian-dray aho raha andrian-dreny, que ces papiers se transforment en billets de banque » (…je fais la remarque qu’en ce temps-là, il n’y avait pas encore Harry Potter au cinéma). Soit, le truc ne marche pas, soit, mon père n’est pas mon père et mon père ne le sait pas….c’est une blague, il le sait.

Les Vazaha

Les vazaha sont les européens. Les français ont colonisés Madagascar de la fin du 19è siècle jusqu’en 1960 après un simulacre de guerre entre les français (en majorité des malagasy de l’Ouest) qui ont vaincu les Malagasy appuyés par les anglais. Aujourd’hui, on dit toujours « les vazaha font semblant de faire la guerre » puisqu’en vérité, les français et les anglais sont déjà d’accord pour laisser Madagasikara aux français.

coloni

drapeau du protectorat
Les français sont, donc, aux yeux des malagasy les êtres qui ont vaincus les andriana et les hova. Le conte de Mosa au début de l’article en est l’illustration. Mosa est en effet la transformation de « Monsieur » et cette légende élève le « Monsieur », c’est-à-dire l’homme blanc au rang d’un demi-dieu à l’égard duquel les malagasy doivent respect et obéissance; un moyen bien commode de dire que la colonisation était une chose normale et voulue de dieu Zanahary lui-même.

La république

RM3

Sceau de la 1ère république

Selon la légende, la première république (1960-1972), qui appliquait ce qu’on appelle aujourd’hui la « politique du ventre » était un temps de douceur et d’opulence. Aujourd’hui , on appelle même le président d’antan du tendre nom de « grand-père » et c’est avec nostalgie qu’on évoque les années sous son joug. Et même qu’aujourd’hui, on commémore l’avènement de cette première république en tant que victoire du peuple malgache.

Pourtant, l’Histoire dit aussi que la première république était considérée par le peuple comme une forme masquée de néo-colonialisme que les malagasy ont renversé en 1972, dans la plus grande violence. Là, soit la légende est fausse, soit, les grands-parents ont fait une bourde monumentale.
C’est pareil à cet homme que j’ai entendu à la radio conter des louanges sur la deuxième république, la révolution socialiste de 1972 à 1991 en priant l’actuel candidat socialiste que si ce dernier gagne, il devra rendre à nouveau le transport public presque gratuit et le prix du riz à quelques ariary (monnaie malagasy) le kilo. A-t-il oublié dans son récit qu’en ce temps-là, pour avoir ce kilo de riz, la ration quotidienne de toute sa famille, il devait faire la queue toute la journée? Car il me semble que ça, ce n’est pas une légende.

RDM

sceau de la IIème république

 

Contes et légendes en chantier

 

RM1

sceau actuel de la république
Enfin, je suis assez vieux pour avoir vécu moi-même la troisième république et j’espère rester assez longtemps pour en voir le maximum. Mon devoir, notre devoir à tous c’est de garder, de bien garder en mémoire notre vécu et les leçons qu’on a reçu dans notre courte existence pour faire passer aux générations suivantes de vraies valeurs sous forme de contes et légendes, peut-être, mais qui reflètent la vraie vérité.


Bonjour tout le monde!

Bonjour! Avant toute chose, j’aimerais m’expliquer sur le choix du nom de ce blog qui est CORBEILLE. Mais avant tout premier (comme on disait quand on était petits pour être les premiers avant les premiers), il y a dans le titre un mot malgache et pour moi c’est toujours un plaisir d’expliquer des mots, des us et des coutumes de mon pays Madagascar.

Lay

En malgache, le mot « ilay » se contracte dans le « parler » en ‘lay et se prononce « là-y »; l’accent sur le « a » avec le y qui est presque imperceptible. Ce mot est un article qui désigne souvent un sujet qui n’est pas présent. Le plus souvent il est utilisé pour raconter un récit afin de préciser la personne ou l’objet en question dans l’histoire comme dans l’exemple :

– Tu sais, hier j’ai pris le bus et il y avait encore cette fille qui ne cessait de me fixer pendant tout le trajet.
– De quelle fille tu parles?
– La fille…mais tu la connais! c’est… ‘lay fille qui est toujours bien habillée.

En outre, cet article sert aussi à affirmer son choix. Par exemple :

– Laquelle des filles d’hier soir était la plus mignonne?
– euh…’lay blonde »

Espace

Alors, si certains lecteurs, à ce stade s’offusqueraient déjà du manque probant de sérieux dans le texte, ils doivent être formellement avertis que c’est bien évidemment la manière choisie par l’auteur pour communiquer mais pas du tout son but ultime, lequel, je penses est bien plus louable que de faire sourire des gens seuls au bureau ou dans les transports en communs au risque de les faire passer pour ce qu’ils ne sont pas.

Corbeille

Voici l’histoire. J’ai demandé à des amis de me donner des idées pour le nom d’un nouveau blog. Il y en avait d’abord un premier qui m’a demandé si j’allais encore y reconduire mon type d’humour. J’ai répondu que je ne pense pas pouvoir écrire un blog d’une autre manière. C’est à ce moment-là qu’un autre m’a donné l’idée de POUBELLE NUMÉRIQUE. Il voulait peut-être me dire, que de toute façon tout ce que j’ai déjà écris dans les autres blogs étaient à jeter. Mais j’avais dans l’idée que dans ce nouveau blog, je traiterais des sujets valeureux mais pas forcément attirant pour les autres blogueurs.

J’ai donc pris le défi d’ouvrir ce blog avec ce nom de CORBEILLE.

corbeille-plastique---lot-de-5-1011281« corbeille en plastique »

1. Déjà, « poubelle numérique » n’est pas très adroit comme expression. En effet, la poubelle est dans la chambre, dans la cuisine ou dans la rue. Dès qu’on rentre dans un bureau, et surtout si le bureau se trouve dans un ordinateur, on ne parle plus de poubelle mais de CORBEILLE.

2. Et puis, lorsque on remplit la corbeille de fruits, ou de fleurs, on peut l’offrir comme preuve d’amour alors que si une poubelle était remplie de fruits et de fleurs, ceux-ci ne peuvent être que pourris et … bonjour l’odeur.

 

kitchen-move-poubelle-30-litres-galvanise

« un exemple de poubelle avec la pédale pour ne pas se salir les mains »

 

3.Enfin et surtout
Ce qu’on n’utilise plus atterrissent bien dans des poubelles et dans des corbeilles mais souviens-toi cher lecteur que :
– si tu veux fouiller dans les poubelles, tu dois avoir au choix:
* un revenu en dessous du seuil de pauvreté,
* une entreprise de recyclage,
* une mission d’espionnage
* ou au pire quelques millions de neurones en moins
– mais tu peux fouiller ta corbeille à loisir et si tu y trouves un truc intéressant, tu peux toujours « restaurer ».

Alors, restez branchés…