L’autre elle – partie 2 – L’amour à distance

Ce qu’on dit est donc vrai! La femme subit plus vite le coup de la séparation mais se relève aussi plus vite. Et chez Jean, à ce qu’il le ressentait, c’était l’inverse.

Pendant des semaines et même des mois, Jean s’est montré très fort. C’est lui qui a réconforté, encouragé Fanja à chaque fois qu’elle voulait abandonner. C’est lui qui a rappelé les enjeux et pourquoi cette séparation était utile, même douloureuse. C’est lui qui a géré les fois où elle a eu de mauvaises expériences et qu’elle n’avait personne à qui le raconter. C’est encore Jean qui a tout fait pour lui envoyer de l’argent quand elle a failli n’avoir rien à manger.

Une fois, elle a failli faire une bêtise, souvent elle a pleuré et quelquefois elle voulait rentrer. Jean était tout le temps compréhensif mais intransigeant. Et petit à petit, Fanja s’est aguerrie. Elle est devenue de plus en plus confiante et sereine. Elle est devenue de moins en moins dépendante de Jean et de ses encouragements. Peu à peu, Jean l’a sentie s’éloigner. Moins d’appel, moins de messages.

Maintenant, c’est Jean qui sent son besoin de Fanja grandir. Il n’arrive pas à freiner cette soif de son image, de sa voix. Maintenant, c’est Fanja qui tempère ses ardeurs. Les moments intimes sont devenus si rares que Jean ne peut que s’accrocher à des petits messages, de temps en temps. Ces messages sont toujours pleins d’amours, de tendresse mais à la longue, Jean les perçoit comme une habitude. Quand Fanja fait l’erreur de renvoyer le même message court une réponse trop attendue, Jean le remarque et s’en offusque.

Il devient de plus en plus nerveux et chaque conversation finit une fois sur trois en dispute. Et cet état se ressent dans sa vie quotidienne. Il devient méchant, dépressif, violent. Ses études n’avancent pas. Ses amis le délaissent et il se retrouve souvent seul.

Jean est en train de finir ses études en Informatique. Son diplôme lui permettra de chercher une école ou même un travail à l’étranger, dans la même ville que Fanja dans le meilleur des cas.Mais Jean est vraiment un fanatique de la programmation. Il passe ses temps libres à concevoir des logiciels de toutes sortes dans tous les langages de programmation qui existent. Il distribue ses œuvres à son église, ses associations ou même à la famille ou les amis qui le remercient toujours tant ses gadgets sont bien pensés et utiles. Il se fait aussi de l’argent de poche sur des projets plus consistants d’informatisation de petites entreprises ou de points de ventes.

Mais sa passion, c’est l’intelligence artificielle. Jean a, par exemple, un logiciel de Fanorona presque imbattable car il est à la fois imprévisible et intelligent. Ce jeu, encore en développement, est son autre obsession, sa plus grande fierté.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *