Grandir à Antsirabe, l’association, est passée à la télé française

Ce n’est pas un scoop mais je tiens à communiquer dessus. En fait, on m’a demandé de de communiquer dessus. et j’ai accepté, bénévolement. Le bénévolat, l’entraide, le don, il n’y a que ça de vrai. L’association « Grandir à Antsirabe » y sait quelque chose

Donc, je ne suis pas le premier blog malgache à relayer cette information. On l’a déjà, succinctement, vu sur le blog de Madagascar. De jeunes touristes français seraient venus à Madagascar pour construire une école.

L’information ne m’a pas trop emballé, au début. Le titre est sensationnel, certes, mais c’est souvent le cas sur ce site qui s’appelle aussi blog. Il y en a de plus en plus de sites de ce genre, actuellement, sur la place. On sent qu’il y a une équipe derrière (ou un gars qui est à 100% de son temps sur internet) et comme elles parlent d’actualités, on penserait à des sites d’informations. Mais en même temps, elles s’appellent blogs et sur certaines, les articles ne sont même pas signés. Et puis, les articles sont souvent sur des buzz locaux ou internationaux, vérifiés ou pas, et les titres sont trop bien choisis. Elles ne peuvent pas être considérées comme journalistiques.

De jeunes français viennent à Madagascar pour construire une école, c’est cool!!! On visionne le reportage et on ne peut qu’applaudir.

 

 

Mais voila! Une amie me contacte et me demande d’écrire un article parce que leur association est passée à la télé. Moi, je ne peux pas faire mieux que d’autres sites et journaux qui, en plus ont des pages Facebook sponsorisées. Mais elle me flatte un peu, moi et Lay Corbeille et puis c’est pour la bonne cause, et j’ai accepté.

Elle m’envoie plein de liens. Je consulte les sites et j’essaie de comprendre. D’abord, il y a l’association Grandir Ailleurs, en France qui fait partir de la fédération des associations « Grandir A ». C’est elle qui soutient une association antsirabéenne qui s’appelle Grandir à Antsirabe. Donc, la page Facebook « Grandir à Antsirabe », est en fait la page de cette association. Je croyais que j’étais invité à « liker » cette page à cause des quelques mois que j’ai passé dans la Ville d’Eau dans ma jeunesse. Encore une page « aimé » depuis des mois sans savoir ce que c’est.

Et « Grandir Ailleurs » possède comme partenaires les agences de voyages Grandir Aventure qui organise des voyages solidaires pour les jeunes comme dans le reportage et Grandes Latitudes qui organise aussi des séjours solidaires mais pour adultes et familles et l’association SAKAFO de Montpellier. Grandes Latitudes possède aussi un blog sur Madagascar. Un blog qui est à la fois guide touristique, promoteur de la destination Madagascar et vitrine des actions des associations. Ces associations reposent sur des membres, des entreprises partenaires,  d’autres associations qui ont d’autres membres et qui sont aidées par d’autres entreprises et associations, etc, etc. Tiens, Grandes Latitudes est aussi en partenariat avec une entreprise qui est une filiale du groupe pour lequel je travaille. « Ah que le monde est petit ».

Grandir à Antsirabe œuvre depuis 10 ans sur 4 fronts : la protection des enfants des rues, l’appui aux infrastructures pour l’éducation comme la construction d’école dans le reportage, renforcement des capacités de la Société Civile et activités génératrices de revenues.

Je dis à mon amie que moi, aussi, avec quelques amis, on a une utopie de créer un orphelinat idéal. Sans me décourager, elle me cite les difficultés d’une telle entreprise et me raconte quelques expériences pendant ces 10 ans d’activités à Antsirabe. Elle me dit qu’il faut surtout des fonds, beaucoup d’argent, si c’est un orphelinat. Grandir à Antsirabe se focalise surtout sur la protection des enfants de rues et sur les infrastructures scolaires, activités qui nécessitent, relativement, moins de fonds. Et pourtant, il faut toute la machinerie que j’ai expliqué ci-dessus pour faire survivre l’association. Et même, ils sont souvent en difficultés, tellement il y a à faire.

Je la comprends, alors d’en venir à quémander un article à un pauvre blogueur non sponsorisé pour parler de son association. Remarque, je l’aurais peut-être fait, tout de suite, si je savais que derrière la page « Grandir  Antsirabe » que j’ai « liké » par erreur, il y avait des gens formidables qui aident des enfants à avoir une vie meilleure. Le reportage télévisé est, certes, une bonne occasion pour faire de la communication mais avouez-le, elle met plus en avant les jeunes français qui se sacrifient pour les pauvres malgaches. On entend une seule fois « ONG locale ». Mais, à mon avis, ce n’est pas trop tard pour commencer à en parler et à aider cette association et tant d’autres qui travaillent dur pour sauver Madagascar.

De plus, le concept de séjour solidaire me semble très intéressant, si on aime l’aventure. Mais, on peut choisir autre chose selon ce qu’on peut faire : prier, envoyer des dons, faire du parrainage, faire du bénévolat, quitter tout et la jouer à la mère Thérésa ou Père Pedro. Très peu de chose, en fait, mais qui peut faire du bien à la société. Et comme il est dit dans le reportage, la récompense c’est le sourire qu’on met sur un visage d’enfant, la fierté qu’on redonne à un jeune, à une mère, à un père. Pour peu qu’on soit croyant, on sait qu’une bonne action est aussi s’amasser un « trésor inépuisable dans les cieux » Luc 12:33.

Donc, Grandir à Antsirabe :

Adresse : Lot 20B30 Avaratsena, Antsirabe 110 Madagascar
Téléphone : +261 20 44 496 40
Mail : contact@grandira.org