Antananarivo – 500 Ariary par heure c’est trop cher pour le parking

Les tant redoutés horodateurs vont être fonctionnels à Antananarivo. Mais le prix affiché à 500 Ariary de l’heure est vraiment exorbitant.

C’est simple, je ne sortirai plus la 205 en ville dans la semaine. Cette 205, une caisse GTI de 1986 est maintenant équipée d’un moteur diesel de moins de 2l de cylindrée. Assez bien entretenue, je peux faire l’aller et retour de chez moi, dans la banlieue Est à mon lieu de travail en centre-ville pour 5000 Ariary de carburant (1 Euro 50). Mais si je travaille 8 heures par jour et 2 heures de pause, cela veut dire que je vais payer 10 heures de parking. Si chaque heure est facturée 500 Ariary, cela fera 5000 Ariary en plus (de moins) dans mon budget. Cela va carrément doubler le budget « déplacement ».

Actuellement, le système, à la malgache, « izay tsy mbola hita ny maharatsy azy » (pour lequel on ‘na rien trouvé à redire) consiste à payer à des supposés agents de la commune 200 Ariary l’heure. Parfois, on peut payer moins, parfois c’est un peu plus.

Et puis, il y a eu ces rumeurs d’une entreprise privée qui allait prendre en charge la gestion de ces parkings. J’en ai eu la confirmation quand une enquêtrice m’a proposé son formulaire et je l’ai rapporté dans un article dans un site web malgache. En résumé, ce que j’ai pu avoir comme informations c’était que l’entreprise « privée » voulait mettre en place une gestion transparente et donnerait du travail aux « gars » qui sont en place. Je savais aussi que le prix à payer allait être élevé pour cette « transparence ».

Aujourd’hui, c’est un autre site malgache, relayant un média local, qui informe de la mise en service d »horodateurs qui permettront de comptabiliser les prix des parkings en centre ville. A ce que j’ai compris, il faudra prépayer les places dans des kiosques avant de venir les composter à l’aide de ces machines. Quand à l’organisation, je ne sais pas encore comment cela va se passer. Il y aura des contrôleurs, surement. Je ne conçois pas que les habitants d’Antananarivo puissent du jour au lendemain devenir tellement civilisés pour, d’eux-même, utiliser ces machines sans contrôle.

 

OUI….MAIS

Bien sûr, les conducteurs d’Antananarivo rêvent tous, ou presque, d’une gestion transparente des places parkings. Imaginez-vous vous approcher d’une de ces places quand tout à coup un gars surgit de nulle part et se met à vous guider pour votre créneau. « A gauche, à droite, tout droit… ». Préparez déjà les 200 Ariary pour votre départ toute à l’heure. Pire! Il se peut que vous l’ayez trouvé vous-même cette place de parking. Vous n’avez pas été aidé pour faire votre créneau. Qu’importe! Au moment de partir, vous entendez d’autres « directives ». « Alefa (Allez-y), un peu à gauche, un peu à droite, tout droit…voilà, à la prochaine Madame, Monsieur…. ». Et là, vous devez tendre les 200 Ariary et partir. Et puis pourquoi payer alors que cet énergumène n’a aucun croit de vous soutirer quoi que ce soit? Eh bien parce que cette ville est petite et que les prochaines fois, je n’aurais pas le temps ou le courage de rester dans la voiture pour voir qui viendra dégonfler mes pneus et/ou rayer ma peinture…dans les meilleurs des cas.

En payant, je me met, plutôt, au niveau du bienfaiteur, du patron ou du razoky (ainé) comme ces gars m’appellent. Après un certains temps, ces gars finissent par vous raconter leur vie, misérable, afin, c’est vrai, de vous quémander en plus de l’aide pour la femme qui a fait une fausse couche, l’enfant qui passe le CEPE, le propriétaire qui expulse, la bonne année, etc. Que peuvent-ils offrir en retour, ces pauvres gars? Rien que leur dévouement et leur amitié. La prudence, on ne doit pas l’oublier (ne pas aussi donner son adresse, le nom de sa femme, l’école de ses enfants, etc.) mais cette relation humaine amène à la fin que  la voiture, « notre voiture, à tous », je sais qu’elle est toujours en de bonnes mains.

C’est donc toujours ce même souci que j’ai dès que l’on parle d’une gestion privée des parkings de Tana. Est-ce que l’entreprise va protéger nos voitures? Faudra-t-il que je souscrive à une assurance tous risques? Si elle recrute ces gars, va-t-elle les payer assez? Je connais des agents de nettoyages qui se font encore payer 70 000 Ariary par mois (20 Euro). Même en alignant sur les agents de sécurités qui sont parfois à moins de 40 Euro par mois, cela ne va pas du tout solutionner les problèmes de  ces gars et à la fin, on se retrouvera à payer le parking et à payer les gars en sus. Oui, on sera obligés car … je l’ai déjà expliqué plus haut.

Vous me direz que je suis à côté de la plaque mais pour moi, le problème de parking à Tana est un reflet de notre pauvreté. Donc, ce ne sont pas des horodateurs qui vont tout résoudre.

Je sais déjà que des parkings chers présentent beaucoup d’avantages. Cela suppose qu’ils seront bien entretenu. C’est une supposition. Par ailleurs, 5000 Ariary par jour, vont surement décourager les gens comme moi, de pauvres bougres, à sortir quotidiennement leur vieux tacot des années 70-90 et les pousser à utiliser les transports en communs. Ah! si seulement les transports en communs d’Antananarivo méritaient qu’on les tutoie (expression malgache, explication en bas*). Moins de voitures, moins de pollutions, moins d’embouteillages.

De plus, l’argent va affluer dans les caisses de la commune. M’enfin, c’est à vérifier! J’ai fait l’analyse pour le frais du bus à 400 Ariary (dans le même site que j’ai cité plus haut). Ce qui risque de se passer, avec des frais de parkings à 500 Ariary l’heure, c’est que ces parkings ne vont pas avoir de kil (clients). Je me souviens que l’enquêtrice a fait un parallèle avec Ivato, l’aéroport, où cela marche bien même à 700 Ariary l’heure. Mais qui va à l’aéroport tous les jours? Pas le même malgache qui vient à Analakely tous les jours. On ne va à l’aéroport que si on va prendre l’avion ou si on ramène quelqu’un qui va ou vient de prendre l’avion et dans la plupart des cas, on est assez riche pour payer 700 Ariary. C’est très différent quand on parle d’Analakely et des environs. Ce qui va se passer, c’est que les places aux alentours du centre ville , privées ou encore non annexées par l’entreprise vont être très disputées. Certains trouveront mieux de laisser leur voiture quelques centaines mètres plus loin pour avoir un petit sursis.

Type d'horodateur solaire comme ceux que l'on voit fleurir dans les rues de Tana

Type d’horodateur solaire comme ceux que l’on voit fleurir dans les rues de Tana

Bref, je ne sais pas s’il y a eu une autre enquête ou une étude bétonnée qui a permis à l’entreprise qui gèrera les parkings et à la Commune Urbaine d’Antananarivo d’être surs que les conducteurs de Tana seront capables et ravis de payer 500 Ariary l’heure de parking. J’espère que tout va bien se passer. J’ai déjà vu tant d’investissements de ce genre disparaitre comme si de rien n’était.

 

* les malgaches disent de quelqu’un à qui on ne peux accorder la confiance, le respect qu’il ne mérite pas le tutoiement (tsy fanao ianao).

1 Commentaire

  1. trop vrai. pareil pour moi, qui doit laisser la voiture pour pouvoir et venir et rentrer en famille (enfants inclus), sans parler du problème de securité (laptop etc) ; et j’ai fait le calcul, ce sera minimum 100 000 Ar de plus en termes de budget. Et je me demandais , comme personne ne semble réagir, qu’en fait les malgaches sont moins pauvres qu’ils ne le disent…

Les commentaires sont fermés.