Vive les vacances à Madagascar

Plage de Foulpointe

Le mois de juillet, ce sont les vacances scolaires qui commencent à Madagascar, sauf pour les classes d’examens dont les CEPE, BEPC et BAC sont programmés jusqu’en mois d’août cette année. Que faire? Où aller? Entre partir en vacances et rester à Antananarivo, c’est un dilemme cornélien pour les petitsTananariviens sans écoles pour 3 mois.

En fait, il y a 3 endroits pour passer des vacances à Madagascar, pour un petit Malgache : Antananarivo, la campagne et la côte.

La côte

Plage de Foulpointe

Plage de Foulpointe, à l’est de Madagascar

Madagascar est une île, elle est entourée de plages infinies. Alors, si par « habitude », on parle d’aller sur la côte, c’est en réalité l’embarras du choix. Les destinations phares restent la plage de Foulpointe (Mahavelona) à l’est et de Mahajanga à l’ouest du fait de leur relative accessibilité et de la présence des plages aux eaux calmes.Il nous arrive d’y aller, mais en décalant nos vacances parce qu’on n’apprécie pas trop les bains de foule par rapport aux bains d’eau de mer. Mais c’est chacun son choix. Il y en a pour qui vacances riment avec rencontres. Ces « stations balnéaires » offrent plus de choix en termes de logement, de restauration et d’activités.

tamatave

Toamasina (Tamatave), sur la côte Est

La mer, la plus proche d’Antananarivo, par la route est Vatomandry qui a connu ces dernières années une transformation après que le tronçon de 45 km la reliant à la route nationale a été goudronnée et reçoit de plus en plus de visiteurs. Donc, si vous suivez mon raisonnement, on allait beaucoup à Vatomandry avant que la route ne soit refaite. On parcourait ces 45 km en une demi-journée ou plus. Sinon, les autres destinations sont Morondava, Mahanoro, Tuléar, Fort-Dauphin, Ambanja, Antalaha, Sambava, Diégo, Nosy-Be, etc. Je ne connais pas tout ça. Il faudrait être riche et prendre l’avion ou être riche et patient pour passer une ou plusieurs journées entières sur les routes. J’ai quand même cela quand j’étais petit grâce aux colonies de vacances et aux camps. En ce temps-là, j’ai déjà effectué les 3 jours de voyage vers Fort-Dauphin (Taolagnaro). Pour voir la mer, c’est quand même cher payé. Heureusement, la diversité des paysages et les sites touristiques font de chaque région de Madagascar une destination unique.

La campagne

15730839715_0bdae2e7d2_n

Vers Anjeva, à l’est de Tana

Quand un citadin parle de « sa » campagne, c’est pour désigner la bourgade d’origine de lui-même ou des ses parents ou grand-parents. En effet, à cause de l’exode rural, Antananarivo reçoit des centaines de milliers de nouveaux occupants chaque mois. Chaque grande occasion, comme les fins d’années, les fêtes religieuses, les mariages, les enterrements et les vacances sont des moments où on descend dans « sa » campagne. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Il y a quelques uns qui, comme nous, n’ont pas de campagne. C’est soit parce qu’on habite Tana depuis trop de générations ou parce que notre campagne était trop proche et a été incluse à la ville.

DSC_0224 (3)-1

Sur la route du Sud, vers Antsirabe

Les vacances à la campagne, lorsqu’on n’ a pas de maison comme moi, c’est chez les autres. C’est rester dans une maison souvent sans eau ni électricité, à ne rien faire de la journée, au son d’une radio à pile nasillarde. Avec les gadgets chinois, c’est de moins en moins le cas. Aujourd’hui, le courant arrive loin grâce à de petits panneaux solaires, de petites éoliennes et on peut entendre de gros sons fournis par des ampli-baffles radio/lecteurs USB. Sinon, quoi faire? Faire la sieste, sans le bruit des voitures, faire des randonnées, regarder les gens qui s’affairent autour des animaux et des champs, les aider un peu. Juste un peu mais pas trop. C’est-à-dire que trop souvent, on nous traite comme des citadins que nous sommes, et comme des princes que nous ne sommes pas. C’est parce qu’on croit que les gens de la ville vivent dans le luxe et qu’à la campagne, on vit trop simplement. Alors que c’est le contraire qui est vrai.

Rester à Antananarivo

16017898437_47e4dab242

Vue d’Antananarivo depuis Andohalo

Cela paraît bizarre et pourtant, Antananarivo reçoit beaucoup de vacanciers. Venir dans la grande ville permet aux petits « campagnards » de découvrir plein de « choses » qu’ils n’ont pas l’habitude de voir. Le parc zoologique, les palais, les musées, les parcs d’attractions, les magasins, etc. Rien que le fait d’avoir une télé avec une dizaine de chaînes, c’est déjà un dépaysement assuré. Alors, souvent, on a un cousin, une cousine ou des amis qui viennent passer les vacances à Tana.

Dans la pratique, personne de nos jours, ou presque, ne va en vacances pendant 3 mois. Partir une semaine ou 2, une ou 2 fois pour les plus aisés et les plus chanceux d’entre nous peut-être. Mais le reste du temps, il faudra encore rester à Tana. Pour « tuer » le temps, voici quelques propositions pour vos enfants.

Faire des cours de vacances

cours de piano

Les vacances, ce sont les moments pour s’améliorer sur les matières dont on n’a pas eu de très bonnes notes pendant l’année scolaire. Mais, pour ne pas blaser vos enfants avec les matières scolaires, c’est aussi le temps pour explorer ses talents. On peut l’inscrire pour des activités artistiques comme la danse, la musique, la peinture, le dessin. On peut l’inscrire pour faire du sport. On peut même choisir des matières qualifiantes comme les langues, la conduite, les travaux manuels dans ces nombreuses écoles qui proposent des certificats après juste 2 ou 3 mois de cours. Il faut seulement bien choisir parmi les plus sérieuses. Malheureusement, les grandes vacances se passent en hiver à Antananarivo, alors, pas de piscine à Tana sauf si elle est chauffée.

Faire des découvertes

14049684869_e71ec686bb_o

Maki (Lemur Catta) du zoo de Tsimbazaza

Dans Tana et dans les alentours, il y a des lieux à visiter gratuitement ou avec un petit prix d’entrée. Je pense aux palais royaux, aux musées, aux parcs, aux jardins.

 

Même juste pour se balader, il y a des coins sympa comme la ville haute, le zoo, les centres commerciaux (La City, Zoom, Smart Tanjombato, etc.), pourquoi pas Behoririka le Chinatown de Tana ou Tsaralalana le Little India, Les arcades d’Analakely, Antaninarenina, le by-pass, etc.

2014-04-27 14.52.13

Parc de loisirs éphémère du By-pass en 2013

Rester à la maison

Les enfants peuvent s’amuser et s’instruire en restant à la maison. Pour cela, les parents doivent un tant soit peu encadrer leurs activités. Il faut leur proposer des alternatives saines aux longues heures devant la télévision. Et puis, quoi de mieux que de passer quelque temps avec eux? Bricoler, construire une cabane, voir un film ou jouer. Ce sont des moments de partages en famille qui peuvent devenir inoubliables.

Justement, je me souviens que lorsque j’étais petit, ma famille adorait jouer aux jeux de société. Et on en avait à la maison. Des jeux de plateaux aux jeux de cartes en passant par le loto (bingo) et tous les autres. On mettait en jeu des biscuits et des bonbons comme lots à gagner puisqu’on nous avait interdit de jouer avec l’argent. Et on passait des heures entre les jeux de l’oie, des serpents et des échelles, du dada, des dames, par exemple. C’était le temps d’avant les consoles de jeux et les tablettes, c’est sûr. Et il faut dire qu’on avait ces jeux-là, qu’on nous a offerst ( des Ravensburger), alors que la majorité des petits malgaches ne pouvaient pas se les acheter. Heureusement, les jeux de plateaux gasy (malgache) peuvent être créés à même le sol avec des traces sur le sol, des graines ou des petits cailloux. Il s’agit des fanorona et du katro par exemple.

Et pourquoi pas faire vivre à nos enfants la joie des jeux de société en famille?

fanoron-9

Tableau initial du fanorona à 9 colonnes

Vos enfants gasy ou zanatany ou même étrangers, ne devraient-ils pas connaître les règles des fanorona et du katro. Fanoron-3 (à 3 colonnes) ressemble beaucoup qu tic-tac-toe. Les fanorona 5 et 9 sont de vrais jeux de stratégie. Et le katro est un héritage commun avec les autres pays africains.

Scra6

Jeu de scrabble classique

Les jeux classiques sont maintenant vendus dans la rue de Tana pour une valeur 5 000 à 25 000 Ariary. Il s’agit des scrabbles, 1000 bornes, échecs, dames et autres. Des produits fabriqués sous licence, surement.

Et si vous voulez l’authenticité et la modernité, il faut jouer aux nouveaux jeux que les petits Malgaches ne connaissent pas forcément encore. Ils sont vendus chers dans les magasins spécialisés et les grandes surfaces. Il y a aussi des endroits qui les proposent à la location sur place comme dans certains restaurants ou à emporter chez soi comme chez Smartana Games, par exemple.

smartana

Cliquer sur l’image pour accéder à la page Facebook de Smartana Games

En effet, il y a beaucoup de nouveaux jeux qui sont à découvrir pour les petits Malgaches. Mais côté parents, il peuvent être jugés trop chers pour un investissement à long terme. Personnellement, vu les tonnes de jouets et de jeux que mes 5 garçons amassent, abiment et éparpillent, j’ai depuis longtemps décidé de ne pas trop investir dans ces produits-là. Le fait est que les jouets sont à profusion dans les rues de Tana de nos jours et les enfants s’en lassent un peu trop vite. Et puis lorsqu’on leur achète des jouets plus chers de chez Vtech ou équivalents, ils s’y intéressent, mais cela ne fait pas longtemps le poids face aux dessins animés et autres jeux sur tablettes. C’est pour cela que ce système de location de jeux me semble intéressant.

timesupfamily1

Jeux du catalogue de Smartana

jungle speed Trivial pursuit

 

 

Bref, l’idéal serait des vacances en famille à la campagne, puis sur la côte, et entre les deux des activités sur Tana agrémentéés de moments de partage et de jeux. Évidemment, on ne peut pas tout avoir. Ceux qui ont les moyens n’ont pas forcément les êtres aimés avec qui s’amuser. Ceux qui veulent bien n’ont pas toujours les possibilités. C’est à chacun de mesurer et s’adapter afin que tout le monde, surtout les enfants puissent se ressourcer avant de repartir à l’assaut des salles de classe.

Moi, je suis d’avis que les meilleures vacances sont celles que l’on passe avec ceux qu’on aime, qu’importe l’endroit, qu’importe ce qu’on fait du moment que c’est quelque chose qui nous permet de nous évader et nous recharge les batteries pour revenir au travail avec, toujours autant la flemme, mais avec de bons souvenirs dans la tête. Alors, bonnes vacances!!!

 

 

 

 

6 Commentaires

  1. Bonnes vacances! 😀 ce que j’aimais bien pendant les grandes vacances c’était cette sensation de liberté de faire ce qu’on veut pendant de longues journées!!! ça fait bien longtemps que je n’ai pas profité des grandes vacances pour ne rien faire et apprécier vraiment…merci aux stages, mémoires de fin d’année, stages…vivement les prochaines VRAIES vacances!

  2. Je ne suis pas trop fan de campagne, donc je préfère la plage et/ou les jeux de société; ou tout simplement m’enfermer dans une bibliothèque pleins de livres 🙂

  3. Décidément, les pays africains ont beaucoup en commun. au Cameroun aussi, les enfants ne vont plus trop en vacances au village. Toute le monde reste en ville. mais c’est surtout faute de moyens financiers.

Les commentaires sont fermés.