Ces virus qui veulent tuer l’Afrique… et toute l’Humanité

photo : wikipédia
Le mois de décembre, c’est le temps des bilans. Mon sujet pour cet article sera les virus qui ont sévi en Afrique pendant cette année 2014. Ce n’est pas pour écrire, encore une fois, sur Ebola, mais pour se rendre compte que cette flambée virale est inhabituelle, inquiétante et dans tous les cas, elle nous interroge.

– Ebola en Afrique de l’Ouest

Une page Wikipédia lui est consacrée. Il s’agit, curieusement, d’une résurgence dans l’ouest de l’Afrique d’une souche provenant du Zaïre. L’épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest a marqué l’année 2014 et a été sans doute un des faits qui ont tenu le plus longtemps en haut de l’affiche de tous les Unes des journaux du monde entier. C’est à en oublier parfois qu’il y a des guerres en Irak, en Syrie, en Ukraine. Ah ! Que la Coupe du monde au Brésil semble déjà si loin.

Mais voilà, Ebola a déjà tué plus de 7 000 personnes avant ce mois de décembre, presque tous en Afrique, et malheureusement, ce n’est pas fini. Et s’il figure en premier sur ma liste, c’est parce que c’est un tueur impitoyable, et il n’y a aucun traitement ni vaccin. Il ne fait pas dans l’exclusion ni dans le racisme. Il ne se contente pas de tuer que des Africains, même s’il y a eu un temps une polémique causée par les traitements expérimentaux qu’on n’a testés plus ou moins efficacement que sur des Américains et des Européens. On peut dire que pour le moment, tous les pays ont la même peur d’Ebola. La peur conduit tantôt à une solidarité, tantôt à une méfiance réciproque.

– Ebola2 en RDC

Curieusement aussi, une souche locale d’Ebola qu’on peut donc qualifier de virus frère de « Zaïre » est apparue en RDC vers le 26 juillet. Tout aussi virulente que celle de l’Afrique de l’Ouest, cette épidémie a été plus limitée. Elle a fait quand même quelques dizaines de morts. Et surtout, c’est cette coïncidence avec l’épidémie dans l’Ouest qui est le plus inquiétant. En effet, cela a ouvert un front nouveau à partir d’un cas nouveau pas en relation avec les précédents. On a même publié une liste de pays, dans laquelle figure Madagascar et où le même scénario peut se répéter. Ce sont des pays qui, entre autres critères, possèdent de grandes chauves-souris que les habitants mangent parfois. En effet, les chauves-souris sont reconnues comme des réservoirs de virus mortels.

– Marbourg en Ouganda

Pendant ce temps-là, c’est Marbourg, un « proche cousin » d’Ebola, et non plus son frère qui tue en Ouganda. Les cas se sont manifestés en octobre. Sans traitement, ni vaccin non plus, il a, cependant, un taux de mortalité moins élevé qu’Ebola. L’Ouganda s’en serait débarrassé ai mois de novembre.

– Lhassa au Bénin

Cette fois-ci, c’est un « autre cousin » d’Ebola qui a surgi au Bénin. Cette apparition s’est faite en mois de novembre. On possède un traitement efficace contre cette maladie mais elle demeure mortelle sur les patients à risques et en cas de retard de la prise en charge. Pour cette fois-ci, on dénombre moins d’une dizaine de cas mortels.

– Fièvre jaune, Chikungunya et Dengue

Je mets ces virus ensemble. Eux aussi sont à l’origine de maladies qui provoquent parfois une fièvre hémorragique, comme Ebola et ses cousins. Mais ils ont contre eux des vaccins efficaces (sauf Chikungunya) et/ou sont moins dangereux (une estimation à quelques dizaines de milliers de morts par an, quand même, pour la fièvre jaune). Encore une fois, il y a des personnes vulnérables qui ont plus de risques d’avoir des complications : les enfants, les personnes âgées, les personnes ayant des défenses immunitaires diminuées, etc. Ces virus ne concernent que des petites parties de l’Afrique ou même que certaines îles.

– VIH

Justement, en parlant de défense immunitaire, n’oublions pas le virus du sida (le virus de l’Immunodéficience acquise) qui continue à tuer en Afrique par millions. Vous direz que millions c’est plus que milliers. Je suis bien d’accord et ce tueur demeure bien le numéro un en Afrique. Il faut, cependant, considérer le fait que le VIH tue lentement, comme un cancer. Il n’est pas aussi « spectaculaire » qu’un Ebola. Il ne se transmet pas par simple contact. Il faut dire aussi que le combat contre le VIH dure depuis longtemps déjà si on voit que l’effervescence autour d’Ebola commence à faiblir après seulement quelques mois.

– Les virus de la grippe

H5N1, H1N1, H3N8 et les autres ne semblent pas vraiment concerner le continent, un peu comme la dengue ou chikungunya. Ils ne s’adapteraient peut-être pas près de l’Equateur, mais l’Afrique n’est pas  toujours chaude partout et tout le temps. Il y a des zones tempérées. Justement, à Madagascar comme dans d’autres pays africains, les épidémies de grippes font rage périodiquement. Ici, on appelle « gripa mahery » (forte grippe) celle qui amène les gens à l’hôpital ou à la morgue. Malheureusement, gripa mahery n’est, une fois de plus qu’un nom générique qu’on utilise parce qu’on n’a pas les moyens d’identifier combien de H et de N comporte ce virus. Je pense qu’il y a, parfois, des souches mortelles de virus de la grippe qui s’activent. Faut-il rappeler aussi les cas de SRAS en Afrique du Sud?

– Et la peste à Madagascar

En parlant de Madagascar, je finis ma liste avec ce virus improbable, mais qui a tué en Afrique, en l’occurrence à Madagascar en 2014 depuis le début de l’année. J’ai déjà écrit sur le sujet au début de l’épidémie. Aujourd’hui, les morts sont par dizaines (43) pour ce qui est des 138 cas recensés au mois de novembre.

Pourquoi et comment?

Comment ne pas se poser la question du « pourquoi » après une telle année où tous les virus, ou presque, se sont relayés pour martyriser l’Afrique? Mais pourquoi aussi poser la question si je n’ai pas l’ombre d’une réponse ? Je ne vais plus parler de complot même si c’est sûrement une sacrée coïncidence d’avoir 2 types d’Ebola et Lassa et Marbourg la même année. Sans parler des autres virus qui ressuscitent ici et là. Je pourrais vous donner ce lien vers une étude plus sérieuse sur les « virus émergents ». Je pourrais aussi parler de malédiction divine ou de signes de la fin du monde. Pour moi, la question reste posée et chacun peut et devrait apporter sa réponse. Peut-être que c’est mère Nature qui se révolte, car l’humanité met en péril toute la création. Peut-être que les virus se sont ligués pour exterminer l’Humanité. C’est peut-être, même, une invasion qui a déjà commencé et certains d’entre nous sont leurs collabos. Et ce serait le berceau de l’Humanité, l’Afrique qu’ils attaquent en premier, comme c’est logique.

Mais ce qui doit préoccuper tout le monde c’est de savoir ce qu’il faut faire maintenant pour faire face. Déjà, on a eu peur des réactions de chacune et chacun face à Ebola. Nous avons vu des mesures disproportionnées comme la fermeture de frontières par exemple. Alors que, à mon avis, ce sera seulement en conjuguant nos forces que nous pourrons nous sauver. Cela concerne les pays africains qui sont les plus touchés et les autres qui sont voisins de ces pays victimes; mais aussi le monde entier, car personne n’est à l’abri.

Oui, c’est la fin de l’année et on croit souvent, puisque l’espoir fait vivre, que le Nouvel An sera un nouveau départ. C’est vrai dans un sens. Mais si, effectivement, la Terre a fini une boucle autour du soleil, il n’y aura pas de miracle pour autant lorsque l’on se réveillera le 1er janvier. Les virus seront toujours là pour nous défier. Peut-être seront-ils même plus évolués et plus virulents encore. Mais si on reste solidaires, nous survivrons.

 

5 Commentaires

  1. Ebola semble faire de l’Afrique une cible privilégiée comme si on n’avait pas assez de problèmes comme ça. Les ravages de ces virus en Afrique sont aussi favorisés par les tares des systèmes sanitaires africains. Une meilleure lutte passe par la correction de ces tares. A nous revoir en 2015 inchallah.

  2. Ciomme tu dis , il n’y aura pas de miracle, nouvelle année ou pas. On pourra toujours s’intérroger longtemps sur le pourquoi du comment de ce déferklement d’épidémies… On voit bien que les autres ne nous sont pas vraiment d’une grande utilité, il nous revient à nous, et à nous seuls de prendre nos responsabilités pour gérer ces problèmes. « Aide-toi et le ciel t’aidera ». « Complot », « fatalité », « malédiction divine », « malchance », quoi que ça puisse être, un chose est sure, nous n’avons pas le droit de nous laisser faire bêtement… Et comme tu conclus, si nous restons solidaires, nous survivrons
    Bien à toi!

Les commentaires sont fermés.