Je peux tout ré-écrire en phonétique malgache

Le malgache écrit fait peur avec ses mots aux nombreuses syllabes presque illisibles pour un néophyte. Pourtant, le fait que la version écrite ait été « inventée » dans l’Histoire moderne a contribué à le rendre logique, très logique. C’est pour cela que lire le malgache pour l’initié soit si facile. Je vais démontrer qu’il est possible d’écrire n’importe quel mot en phonétique malgache.

Mais la langue en elle-même est aussi très logique. C’est pour cela que je l’ai rapproché de la LOJBAN dans un article de mon autre blog. Si on ajoute à cela le fait que les malgaches et surtout les jeunes aiment bien déformer les mots pour rire ou pour créer un code, les mots étrangers ne survivent que quelques moments sous leur formes originelles avant d’être malgachisés.

D’abord, petite leçon d’Histoire. : Même si la base de cette langue est l’Austronésien, elle s’est depuis longtemps enrichie avec l’arabe, le bantou, le portuguais, etc. L’Austronésie désigne pour les linguistes une partie de l’Asie qui comprend actuellement l’Indonésie et la Malaisie entre autres. Mais aujourd(hui, on préfère appeler les langues issues de cette partie de la terre comme Malayo-polynésiennes.

C’est le processus qui fait qu’un mot étranger intègre le malgache que, moi, j’appelle, personnellement,  malgachisation. A ne pas confondre avec certains qui veulent toujours chercher à utiliser des mots qui seraient « authentiquement » malgaches, mêmes bizarres ou impossibles à retenir,  alors que cette « authenticité » est encore à discuter.

Cette malgachisation peut être contrôlée par les intellectuels et les académiciens pour donner des mots simples comme Baiboly (Bible), ou intelligents comme Aterineto (Internet, mais signifie littéralement « on l’amène ici »).

On pourrait retracer l’âge de certains mots anciens du fait qu’ils datent de la domination anglaise ou française : Gisa (Geese), soavaly (cheval) , etc.

Certains mots ont été incorporé il y a tellement longtemps que certains malgachistes (permettez-moi le mot) se trompent en les croyant plus malgaches que les adaptations plus récentes : Voiture : ancien : Fiara (fiacre) ; nouveau : Ôtômôbilina (Automobile); Goudron : ancien : Tara (de l’anglais Tar) ; nouveau Godrao (goudron)

Bref, ce que je veux démontrer dans cet article est qu’il est facile de réécrire n’importe que mot étranger, même ton nom, avec la phonétique malgache.

Limites et contournements

Certains diront comment ce serait possible avec une langue qui n’a que 21 lettres dans son alphabet. En plus, il n’y a pas le « u », le « o », le « e », le « è », le « ê », le « c », le « ch », le  « j », et le « w », entre autres. C’est vrai. Alors, il ne faut pas espérer que la prononciation du mot malgachisé reste parfaite. Néanmoins, on a des astuces. Le « u » est remplacé par la double voyelle « io ». Le « o » est remplacé par « ao » ou « oa » selon le cas et au pire, il est accepté que le o français puisse s’écrire « ô ». Ainsi de suite, sauf pour le « ch » et le « j » auxquels on ne peut rien faire. Il y a bien des parties de l’île qui utilisent ces sons mais en lieu et place de « s » et de « z » mais ce serait inutile. Alors, ça va « zézayer » ou « Jejailler », c’est tout.

 

Règle du jeu

L’intérêt est que le mot malgache correspondant ait un sens proche du sens du mot étranger (exemple d’internet = aterineto). Mais pour notre jeu, il suffira qu’il y ait une signification littérale qu’elle soit insensée, ridicule ou drôle. Et ce ne sera pas toujours possible.

Allez, des exemples, enfin

Utilisons des mots ou des noms qui, à ma connaissance, n’ont jamais été malgachisé :

François Hollande : Farasoà Aolandy. Signification : « Belle cadette, Landy est là », Landy est un prénom qui signifie ver à soie ou tissu de soie

Barack Obama : Baraka Aobamaha . Baraka a la même signification partout, je pense. Pour le reste, ça ne veut rien dire.

Selfie    : Selify. Mmm! à creuser car déjà, fy signifie « adoré » ou « aimé » en parlant de nourriture ou d’œuvre artistique.

Biopic    : Biôpika. Pika c’est l’onomatopée d’un cliché photo…intéressant.

D’autres exemples au hasard

Bon, plus j’écris, plus je découvre des possibilités. Essayons avec d’autres noms célèbres :

Lewis Hamilton : Leohisy Hamilitaonina

Miley Cirus : May Le Sirosy

Nicolas Sarkozy : Nikaolahy Sarikaozia

Carlos Ancelotti : Karilaosy Antselaotia

Zlatan Ibrahimovic : Zilatanina Ibirahimaovitra

Ziad Maalouf : Ziady Mahalofy

Simon Decreuze : Simao Dekireozo

J’arrête le délire ici,,je sais que cet article a été beaucoup mieux comprise par un malgache francophone. Ainsi, je présente mes excuses aux autres. Peut-être, pour me faire pardonner, je pourrais malgachiser tous les pseudos des commentateurs et/ou bien le mot qu’ils proposeront.

2 Commentaires

  1. Très beau papier (comme d’habitude), très enrichissant.
    Je m’apprêtait déjà à te demander de malgachiser mon pseudo avant que tu ne proposes de le faire à la fin du billet.

Les commentaires sont fermés.