Top 8 : Testez votre apparence à Tana, entre Tsaralalàna et Soarano

Lapan'ny tanànaVoici l'Hôtel de Ville d'Antananarivo, et c'est aux alentours que les "acheteur de l'or" patrouillent
J’aime marcher dans divers quartiers de Tana.  J’ai remarqué que je suis parfois interpellé par divers vendeurs à la sauvette et businessmen. Comme leurs activités sont interdites, c’est sûr qu’ils choisissent leur clients. Ma théorie est que ces gens regardent ton apparence avant de te proposer leurs produits ou services. Alors, faites le trajet Tsaralalana-Soarano pour tester votre apparence externe.

Le Tana Downtown

On peut dire que les quartiers autour d’Analakely concentrent beaucoup d’affaires. Il y a plusieurs entreprises, des banques, des boutiques et des marchés mais il y a aussi les vendeurs de rue et les « mpanao bizna »  (qui font du business ou du trafic). Il faut savoir que cette partie de Tana constituait il y a encore quelques années le marché du Zoma, le plus grand marché à ciel ouvert du monde en son temps. Et aujourd’hui encore, tout peut se trouver à Analakely et ses environs.

Le zoma à Antananarivo

Une partie du légendaire marché du Zoma

Le trajet

Selon Google Maps, le trajet se fait à pied en 10 minutes. Mais avec les magasins, la foule, les voitures, ce délai peut se rallonger. Et presque tous les 10 pas, il y aura une personne qui va t’interpeller. Si ce n’est pas le cas, c’est que tu n’es pas quelqu’un d’intéressant (pour la personne), et que tu n’es, donc, pas un client potentiel. Commençons notre parcours.

1- Tsaralalàna

Comme je me limite à un Top 8, développons tout de suite le cliché. Car même si Tsaralalàna (littéralement : la bonne loi) est le quartier des Karana, donc des riches, et même s’il y a des banques, des hôtels (là-même où Mondoblog 2016 a pris ses quartiers) et des bureaux administratifs, dans le discours populaire tananarivienne, c’est surtout les boites de nuits et les prostituées. Oui, l’expression « voir les putes » en malgache c’est « aller à Tsaralalàna ». Et c’est vrai que quelque soit l’heure, ces travailleuses du sexe sont disponibles à cet endroit.

Tsaralalàna

Tsaralalàna, little India de Tana

Donc, premier test, c’est passer devant ces filles assises ou debout appuyées sur les murs. Je dois avouer qu’aujourd’hui, quand je passe là-bas, les filles me regardent, à l’affut de n’importe quel signe de ma part, sans que je n’oses même leur adresser mon regard. Mais quand j’étais beaucoup plus jeune et que j’affichais beaucoup mon manque de confiance en soi (avec mon blouson en plein soleil, mes yeux rivés au sol et ma démarche de rêveur), je me souviens avoir été presque harcelé par ces dames : « Andao isika sy ialahy hiaraka » (Viens toi et moi, mettons-nous ensemble!)

2- Les vendeurs sur des étals

Ils vendent des vêtements, des chaussures, des outils électriques, des gadgets, des téléphones ou autre chose. Leur façon de t’appeler est la suivante : « – Inona ny atao ho an’i Ramose? » (Que puis-je faire pour Monsieur? ou Qu’est-ce que Monsieur désire?). Les plus « mentalistes » proposeront tout de suite un produit dans son stock qui devrait t’intéresser, à en juger ton apparence. Par exemple, en passant devant un marchand de gadgets électroniques, il m’a dit : « – J’ai un lecteur mp3 bluetooth pour voiture ». Il a été incrédule quand je lui ai répondu : « Hum, comme ça j’aurai envie d’acheter la voiture qui va avec! ».  Bien sûr, j’ai une voiture et il a vu juste.

Étal de sandales

3-Les vendeurs sans étal

A mon avis, ces gens là sont louches. Ils portent leurs produits à bout de bras ou sous leurs manteaux et ils essaient de détecter le client (ou le pigeon) idéal. Soit le produit est beaucoup moins cher en magasin soit c’est un produit vicié ou volé.

C’est comme ça qu’en demandant les prix des téléphones clowns au bord de la rue, un gars s’est approché de moi en disant : « Monsieur a l’air de chercher des téléphones originaux, moi j’en ai un pour 70 000 ariary » (20 euros). Ce téléphone, je l’ai acheté car le prix était dérisoire et j’ai détecté (même s’il l’a bien caché) qu’il était en panne donc non volé. J’ai des amis réparateurs qui me l’ont raccommodé pour pas cher.

4 – Les mendiants

Les mendiants sont partout. Eux aussi, ils sont de deux sortes. Il y a les passifs qui restent par terre avec leur boîte ou chapeau, certains jouant de la musique ou chantant et il y a les agressifs qui poursuivent les passants pour un petit billet. Tous les passants? non, seulement ceux qu’ils jugent « intéressants ». Si tu soignes ton image, et que tu fais apparaître des signes extérieurs de richesses, c’est déjà normal si tu attires les mendiants. A mon avis, si tu es d’apparence simple, sobre et que pourtant chaque mendiant te demande de l’argent, c’est que tu as l’air d’un gentil.

5- « On achète de l’or »

Au niveau d’Analakely, des gens assis au bord de la rue ou dans une voiture stationnée disent à quelques passants ciblés : « On achète de l’or ». Quand j’ai mon alliance, ils le disent en lorgnant sur ce petit bout de métal sur mon doigt. Mais même depuis que j’ai cassé la bague, ils continuent à me le dire à chaque fois.  Je ne sais pas comment le deal se fait et je ne pense pas que ce soit légal mais, donc, j’ai l’air de quelqu’un qui a de l’or.

Lapan'ny tanàna

Voici l’Hôtel de Ville d’Antananarivo, et c’est aux alentours que les « acheteurs d’or » patrouillent

6- Elle vous intéresse?

Elle? C’est une voiture d’occasion, fraichement importée, stationnée là du matin au soir. La plupart des gens les ignorent car ce sont des voitures haut de gamme. Parfois, il m’arrive de m’attarder devant l’une d’elles pour admirer et peut-être par curiosité sur le prix. Mais le vendeur m’ignore complètement. Il voit bien que je n’ai pas des millions d’Ariary avec moi ni dans mon compte en banque. Il faut vraiment insister en regardant de près pour que le vendeur demande :« Elle vous intéresse? »

Les voitures d’occasion exposées ici sont souvent encore immatriculées en Europe

7- Les produits pour chaussures

« Voici le produit pour nettoyer les chaussures, venez l’essai est gratuit! ». La façon dont ils regardent mes souliers, c’est comme si j’avais 1 kilo de boue sur chaque pied. C’est gênant, je ne suis pas si sale même si j’avoue que faire reluire mes godasses ne fait pas partie de mes priorités en sortant de la maison. Et puis, de toute façon, avec la poussière et la promiscuité de Tana, je ne ferai pas 100 mètres ou un seul trajet en bus avant de me faire marcher dessus ou de recevoir des tâches dessus.

8- Tu veux changer des euros?

Un peu plus flatteur pour terminer. Ils demandent « – Tu veux changer des euros ou des dollars? » et parfois, ils font juste le geste de l’argent avec les doigts. C’est parce que tu as l’air de quelqu’un qui a des devises à vendre. Soit, tu es toi-même un « mpanao bizna » spécialisé dans la spéculation sur de petites quantité de devises étrangères, soit tu as de la famille qui a envoyé de l’argent soit tu es toi-même revenu de l’étranger. Au moins, tu en as l’air.

Au fond, on voit la gare de Soarano et c’est ici qu’on a le plus de chances d’être interpellé par des changeurs ambulants.

 

Ces gens qui vous abordent dans la rue, ils font partie de l’animation, de la vie et peut-être parfois de la peur des grandes villes. Certaines personnes traversent les quartiers incognito tandis que d’autres se font interpeller tous les deux pas. Si vous avez été touriste dans cette ville, vous avez peut-être été choqué d’être si attirant. À Antananarivo, autour d’Analakely, l’apparence compte pour beaucoup.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *