Madagascar : les poils du front

Aujourd’hui, je vais vous apprendre un proverbe malgache à propos des poils du front.

Le proverbe dit : « Ny handrina no tsy maniry volo dia noho ny henatra« .

La traduction est « Si les cheveux ne poussent pas sur le front, c’est à cause de la honte ».

La signification, à première vue, c’est que la honte, ou plus précisément la peur d’avoir honte préserve l’homme et la femme de faire des choses insensées au vu et au su de tout le monde. Mais allons plus loin dans notre analyse.

Chez les malgaches, le front est la partie la plus visible du visage . En témoigne l’adage « Miharihary toy ny vay an-kandrina » qui signifie quelque chose qu’on ne peut pas cacher car c’est « visible comme un furoncle sur le front ». En général, et par politesse, il vaut mieux regarder le front en premier au lieu d’une quelconque autre partie de l’anatomie d’une personne (regarder dans les yeux correspond à regarder un point sur le front entre les yeux de son interlocuteur).

D’autre part, les cheveux représentent la richesse, la jeunesse et la beauté dans la plupart des cultures. C’est la même chose chez les malgaches. A Madagascar, dans la majorité, on ne cache pas la chevelure sous une voile ou un couvre-chef.  Le proverbe « Ny tarehy no ratsy ka ny volo no aolankolana » est traduisible par « Ton visage est laid, alors, tu fais des boucles à tes cheveux ». On a aussi « Voninahitry ny antitra ny volo fotsy » : « Les cheveux blancs sont la gloire des personnes âgées ». De même, la plupart des interprétations des rêves disent que rêver de beaux cheveux signifie richesse, virilité, mémoires, etc tandis que voir ses cheveux décrépis ou en train de tomber est mauvais signe.

Dans notre proverbe du jour, les cheveux ne veulent pas pousser sur le front à cause de la honte. De part les explications précédentes, on peut tirer plusieurs enseignements.

1- La honte est naturelle

En effet, même si cela existe chez des individus présentant des spécificités génétiques, les gros poils sur le front ne sont pas naturels à l’espèce Homo Sapiens Sapiens. Et à part faire des implants, on ne peut pas non plus provoquer facilement leurs apparitions. Les Ntaolo (malgaches anciens) se sont peut-être beaucoup moqué d’une personne présentant cette anomalie avant d’en faire un proverbe. Mais il est clair que l’exemple des cheveux sur le front indique que, normalement, un être humain agit, naturellement et sans effort supplémentaire, en évitant de se ridiculiser.

2- Il ne faut pas montrer ses bêtises

Dans le cas où une personne fait une bêtise vraiment honteuse, elle ferait mieux de bien le cacher. Le front est la partie qu’on voit en premier chez quelqu’un qu’on rencontre. Sur sa tête, il peut y avoir des cheveux et il peut n’y avoir rien du tout. De même, il ou elle peut porter moustaches et barbes. C’est à peu près les pilosités qu’on peut voir sur la tête. Sous son lamba (pagne, tissu, vêtement), il ou elle peut bien cacher des poils un peu partout, c’est naturel. De la même manière, chacun a ses secrets qu’il cache à la majorité et qu’il ne partage qu’avec un amant ou un ami. Mais le front doit être dégagé. C’est à dire qu’on doit pas montrer des choses honteuses.

3- Même les bonnes choses ne sont pas toutes à exposer

Le mot malgache « volo » est le même que l’on parle des cheveux ou des poils. On traduit le « volo »  dans le proverbe par cheveux parce que le front est tout près de la tête. Mais cheveux et poils sont différents. Si la chevelure est souvent bichonnée, protégée et décorée, les poils sont souvent honnis, rasés et épilés. Mais de toute façon, si les poils sur le front sont désagréables et même hideux, de longs cheveux qui poussent au dessus des yeux doivent être horribles, mêmes si ce sont de très beaux cheveux. Donc, si vous possédez de bonnes choses qui vous rendent très fiers, qu’ils restent au dessus du crâne. Ce n’est pas la peine qu’on les voit en premier dès qu’on veut vous regarder dans les yeux.

4- Il faut avoir honte!

La honte est un sentiment lié à la vie en société. Pour une même bêtise, on ressent pour soi-même et envers notre victime plutôt de la culpabilité. On dit aussi avoir honte de soi-même mais on a surtout honte de ce que les autres pensent de nous. Et cela dépend des valeurs qui circulent dans notre société. Ainsi, quelque chose peut être honteux dans une région du monde et normal dans une autre. De la même manière, certaines choses dont nos grand-pères et grand-mères avaient honte, en leur temps, on pourrait les faire aujourd’hui au milieu d’Analakely sans sourciller. Et vice-versa. De toutes les façons, pour bien vivre en société, il faut savoir suivre les règles sinon on devient une honte pour tout le monde.

Exemple :

Prenons maintenant comme illustration mon pays, Madagascar. On a cette expression « lany henatra » quand  « il ou elle a épuisé son stock de honte ». On a aussi l’adage « Ny adalan’ny olona ihomehezana fa ny adalan’ny tena tafian-damba » qui signifie « On rit du fou des autres mais notre fou, on le couvre  (de lamba) ». À voir ce que l’on montre au monde, nos dirigeants, nous le peuple, journalistes et blogueurs, a-t-on épuisé notre stock? En effet, on a de beaux cheveux sur le crâne et peut-être des poils disgracieux sous les aisselles ou entre les jambes mais le monde voit surtout des cheveux sur notre front. Pauvreté, corruption, affaires louches, malades imaginaires, kidnapping, justice populaire, insécurité en général et tout le reste ternissent le fait qu’on devrait être l’une des plus belles destinations au monde pour les touristes et les investisseurs.

Je ne dis pas qu’il faut les cacher sous la casquette. En tant que blogueur qui a toujours voulu agir dans le but d’interpeller et de susciter le changement, je pense que j’ai déjà trop beaucoup écrit sur les dysfonctionnements dans mon pays. Je pense que c’est le devoir des médias de révéler l’existence de ces tares. Mon avis est que Madagascar a des poils sur le front. C’est honteux mais au lieu de vouloir les cacher, il faut simplement les enlever. Cela doit être une envie naturelle chez nos dirigeants et chez nous, citoyens. Pourquoi on semble agir dans le sens contraire? Je ne sais pas. « Ny handrina no tsy naniry volo hono dia noho ny henatra » (on dit que les cheveux ne poussent pas sur le front à cause de la honte) . Cet article doit finir sur une dernière expression malgache : « Mba mahalalà henatra » (Ayez honte, tout de même!).