Lexique de malgache en Sol-Fa Tonic

Voici une liste non exhaustive de mots malgaches formés par les notes de musiques. Je vous expliquerai pourquoi c’est intéressant.

Selon le site cosmovisions, le Tonic sol-fa. est un « système de notation et d’enseignement de la musique inventé par John Curwen en 1860, et qui a pris en Angleterre un développement pratique considérable. De toutes les notations simplifiées, alphabétiques ou chiffrées, pour l’usage des chœurs, la tonic sol-fa est certainement la plus remarquable et la plus pratique.  »

Mais c’est quoi?

En fait, en sol-fa « tonic » (que les malgaches appellent solfa tout court), on utilise les initiales des notes pour désigner les notes. Ce qui permet, lors des apprentissages et des répétitions des chants de « solfier » les mélodies avec les notes. C’est à dire qu’on chante la chanson mais au lieu des paroles, on lit les notes « do-mi-sol-la-sol-mi-do ». Avec un peu de connaissance musicale, vous auriez lu « do-mi-sol-la » en chantant avec les bonnes intervalles. Si vous voulez comprendre ce qu’est le Tonic Sol-Fa, rendez-vous au dernier paragraphe de cet article de Cosmovisions, ou sur Wikipédia en anglais. Juste, il faut noter qu’on lit le tonic en appelant do le premier degré d’une gamme majeure du Ton du chant ou du morceau (exemple, si le ton est G (sol) , sol devient do, la devient ré, si devient mi, etc.).

Le Tonic Sol-fa est très utilisé à Madagascar. Héritage des enseignements musicaux prodigués par les missionnaires anglais, le Solfa prime par sa facilité d’écriture et de lecture. Sauf erreur de ma part, tous les recueils de cantiques de toutes les églises chrétiennes malgaches sont publiés en Sol-fa. La majorité des chœurs l’utilisent pour leurs partitions.

Donc, quand vous assistez à une répétition de la chorale, la plupart du temps, la méthode pour apprendre un nouveau chant est souvent la même. Le chef de chœur distribue des partitions en solfa. Les membres de la chorale commencent à chanter en lisant les notes jusqu’à maîtriser la mélodie et les ornementations et c’est à la fin qu’on chante avec les vraies paroles.

Donc, pendant des minutes ou des heures, vous entendez les sopranos, qu’on appelle 1ère voix à Madagascar, les altos, 2ème voix, ténors 3 et basses 4 y vont de leurs « do-mi-sol-la-sol-mi-do », « sol-do-mi-fa-mi-ré-do », etc. Forcément, vous entendez, par hasard, des « mots français » ressurgir comme do-do, mi-mi, ré-mi, la-mi, la-so, la-fa-mi, la-sol-do-mi…

Pour solfier en tonic, et pour mieux comprendre les prononciations, voici comment on prononce chaque note:

  • d (do) : [do]
  • di (do dièse) : [di]
  • r (ré) : [ré]
  • ri (mi bémol) : [ri]
  • m (mi) : [mi]
  • f (fa) : [fa]
  • fi (fa dièse) : [fi]
  • s (sol) : [so]
  • si (sol dièse) : [zi]
  • l (la) : [la]
  • ta ou li (si bémol) : [ta] ou [li]
  • t (si) : [si] ou [ti]

Déjà, avec les dièses et bémols, vous avez identifié d’autres mots français possibles comme ti-ti, zi-zi, so-fi, ri-do. Alors, il est temps de citer, aussi, quelques mots en malgaches et leurs significations.

mi-la (mila) : a besoin de
so-si-si (saosisy) : saucisses
fa-la-fa : maison en branches et feuilles de l’Est de Madagascar
ta-la-ta (talata): Mardi
ré-ri (‘rery): seul
mi-fa-di (mifady): éviter (comme un tabou, ou pour respecter une privation,  un régime)
di-fi (dify) : disparu de la vue, derrière un croisement par exemple
fi-di (fidy) : le choix
fa-ri (fary) : canne à sucre
fi-ri (firy) : combien
ta-ri (tar`y) : là-bas (au passé)
di-di (didy): la loi
di-mi (dimy) : cinq
do-mi (domy) : dominos
etc.

Puis, de temps en temps, au gré des mélodies, on peut même entendre quelques mots argotiques comme :

sol-la-fa (solafa) : la bonne
ta-ri ou ta-si (tary ou taz`y) : le gars
… ou peut-être d’autres qui ne peuvent pas être reportés ici.

Bien entendu, aucun compositeur n’a jamais fait exprès d’écrire une mélodie en pensant à ce que cela signifierait en Solfa-Tonic dans la langue malgache. Du genre :

|: :m.l:m.d|d:-:m.l:m.d|d:-:r.f:m.d|d:-:r:-|ri:-:-: |di:-:-:-| dia tohizo*

ou

|s:l:f|-:-:-|m:l:s|t:t:-|-:-:| dia tohizo*

*Blagues pour musiciens malgaches

 

Mais tant que les chorales malgaches l’utilisent, le Sol-Fa Tonic a encore de beaux jours devant lui. Et ce n’est pas plus mal.

2 Commentaires

  1. J’avoue que, côté cours de musique, la méthode m’a le plus souvent intrigué. Moi qui avait plutôt l’habitude du direct sur « portée-notes-mesure »… 😀
    Mais j’en connais beaucoup qui ne jurent que par ça…

Les commentaires sont fermés.