A Ambohijatovo, Place de la Démocratie, l’alternance est de rigueur

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Le jardin d’Ambohijatovo ou la Place de la Démocratie selon d’autres appellations jouxte une stèle commémorative des évènements du 29 mars 1947 lorsque les malgaches se sont soulevés contre les colons. Forcément, l’endroit est propice pour que le politicien malgache montre ses aptitudes à exercer la démocratie malgache.

Démocratie malgache

La démocratie, à la malgache ne signifie pas « seulement » que le peuple a le droit d’exprimer son choix via le suffrage universel. Il ne signifie pas, uniquement, la faculté de chacun à s’exprimer librement en faisant attention de ne pas tomber sous la loi sur la diffamation, les insultes, les rassemblements publics, la cybercriminalité et tout le reste. Justement, la démocratie malgache consiste aussi à :

– d’une part, à faire des rassemblements non autorisés comme profiter de la mémoire de nos braves et braver l’absence d’autorisation de se réunir pour se réunir place du 29 mars, par exemple.

– d’autre part, à user de son droit légitime à protéger les gens et leurs biens et à réprimer tout rassemblement non autorisés en usant de toute la force nécessaire : gaz, bâtons, balles, grenades, etc. selon les cas.

Explications et illustrations :

Avant 2009, toutes les manifestations politiques de grande envergure et de grande importance devaient se tenir, traditionnellement, sur la place du 13 mai. En effet, c’était le théâtre des affrontements ayant eu raison de la 1ère république en 1972 et c’est l’endroit choisi par Ravalomanana pour entériner la mort du second. Pourtant, pendant les premiers mois de la crise de 2009, Ravalomanana a réussi à protéger l’accès au 13 mai et les manifestants du TGV d’Andry Rajoelina se sont rabattus sur le jardin d’Ambohijatovo, rebaptisée Place de la Démocratie. Donc, pour résumer, on a :

– Manifestants : TGV

– Au pouvoir : TIM

En 2009 et pendant toute la crise, les partisans de Ravalomanana, en exil ont exigé le retour de leur leader sur la place de la démocratie avec un nouveau nom « les zanak’i Dada » (les enfants de Papa, une mouvance, c’est à dire un rassemblement de partis dont le TIM). Ces rassemblements ont été tolérés un temps (bah, c’était TGV qui l’a baptisé Place de la Démocratie, pour faire des manifestations, alors…) avant d’être interdits pour « diverses » raisons. D’où, l’utilisation des lacrymogènes et leur exil au Magro Behoririka.

– Manifestants : Zanak’i Dada (ex-TIM)

– Au pouvoir : TGV

Quand la crise est finie, suite à l’élection de Hery Rajaonarimampianina du HVM, soutenu par Andry Rajoelina, les zanak’i Dada ont continué de demander le retour de leur Papa et ont continué à demander d’utiliser  cette place. Mais très vite, ils ont du se contenter de Magro.

– Manifestants : Zanak’i Dada (ex-TIM)

– Au pouvoir : HVM (avec le TGV)

Pour les législatives, le TGV s’est mué en MAPAR et a raflé beaucoup de sièges avant de se diviser en MAPAR 1 2 et 3. C’est une autre histoire mais en bref, le HVM n’a pas eu la majorité et a du faire des alliances pour obtenir la majorité parlementaire. C’est ainsi que le TIM a rejoint la mouvance présidentielle. Et même si ce n’est pas la conséquence directe, Ravalomanana est rentré au pays et sa femme est devenue maire de la capitale. Ce qui fait qu’aujourd’hui, ce qui s’est passé le 29 mars c’est :

– Manifestants : MAPAR (ex TGV)

– Au pouvoir : HVM à la Présidence et nouveau TIM à la Mairie

C’est merveilleux, hein?

Ce qui est arrivé au Sénateur Lylison René de Roland, le 29 Mars est, donc, un simple aspect de cette démocratie à la malgache. Cette fois-ci, il était du côté des manifestants recevant les gaz lacrymogènes à la figure quand il faisait auparavant, quand il était Commandant en exercice, partie de l’autre côté. Qui sait ce qu’il fera contre les manifestants du futur quand il sera président ou maire?

Tout ça, rappelons-le, est possible grâce à la liberté que nos ainés ont su conquérir des mains des tyrans. Ils ont donné leurs vies pour que nous puissions jouir de la vraie démocratie. Et heureusement, l’Ecclésiaste (9:5) dit que les morts ne savent plus rien de ce qui se passe sur Terre, sinon, ils dirraient que ces fleurs qu’on jette sur leurs stèles et leur mausolée tous les 29 mars ne sont pas vraiment pour eux mais pour les …démocrates malgaches.