Les nouveaux anciens mots malgache

80A

Je vous ai toujours dit que la langue malgache est une langue forte. C’est aussi grâce au phénomène des « nouveaux anciens » mots.

photo : sorabe malagasy (ancien malgache en alphabet arabe)

 

Il s’agit de mots, apparemment nouveaux mais en vérité anciens qui reviennent subitement à la mode. Aujourd’hui, par exemple, c’est le tour du mot « midoro » qui signifierait « se tenir debout sans rien faire ». Tout le monde l’utilise à tout bout de champ, dans la rue, entre amis, à la maison, sur les réseaux sociaux, dans les forums. Avant « midoro », c’était « tatasika » ou « hery jika » et je suis sur que dans quelques temps, un autre mot émergera comme cela.

C’est à dire que  ces mots, on ne les a jamais entendu auparavant. Ce ne sont pas des mots inventé par un inconnu comme « odoie ». Ce ne sont pas des mots malgachisés dans la rue comme « horera » (horreur). Ces deux moyens d’enrichir la langue malgache, l’invention et l’assimilation, ont déjà été plusieurs fois analysés et expliqués. Voici la chanson de Nanahary à ce sujet :

En fait, je ne connais pas le mécanisme mais je soupçonne un effort des linguistes qui veulent faire renaître ces mots au même titre qu’ils veulent créer de nouveaux pour remplacer les mots étrangers qui polluent notre langue. En effet, l’académie malgache diffuse, de temps à autres, des mots nouveaux, intelligemment aménagés pour être vite compris, retenus et utilisés par toute la société. En même temps, il y a des émissions dans les médias qui rappellent les mots existants comme, par exemple, vahatra, de la Télévision Nationale. Mais je pense bien qu’au final, c’est l’effet de mode qui fait que tel ou tel mot fasse l’effet tâche d’huile comme cela.

Et dans tout effort d’enrichissement de la langue, je pense que c’est encore cette préservation du vocabulaire qui est le plus important. On pourra, après, avoir des synonymes mais il y aura toujours des nuances dans la signification.

Bref, je vois d’un très bon œil cette mode même si, en général, je n’aime pas suivre la mode. Je ne vais pas faire partie de ces gens qui vont dire « midorodoro » à longueur de journée. Mais si un jour j’en ai vraiment besoin, je vais choisir ce vocabulaire à la place de son équivalent en français. Le rêve, le but à atteindre est d’être capable de parler son malgache sans, une seule fois, utiliser de mots étrangers.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE