« Amina! Amina! » : la vérité sur ce buzz

Je vais vous raconter l’histoire d‘un de mes plus vieux articles de blog sur la chanson « Amina Amina »  qui continue a être partagé, copié et piraté jusqu’à ce jour.

De quoi s’agit-il?

C’était le 10 Mars 2009. Cela faisait 1 mois que je bloguais. Ce blog,  Lay andriamialy, racontait des faits sur la crise politique qui commençait à Madagascar mais, déjà, je sentais que j’avais beaucoup de sujets, faciles et intéressants, à trouver en parlant de mon pays en général. Entre les analyses et les récits des événements politiques et sociaux, j’avais créé des catégories comme, entre autres, « malgachisation », où je traitais des assimilations de mots étrangers dans la langue malgache mais aussi des relations compliquées qu’elle entretient avec le français et l’anglais. Il y avait aussi « malgachitudes » qui, contrairement à ce que son nom indique, regroupait les articles sur la société malgache. « Jeux gasy »  recensait, expliquait, parodiait les jeux d’enfants typiquement malgaches.

Le premier article de la série des « jeux gasy » avait été écrit à la va-vite. J’essayais, un peu sérieusement, un peu par hasard, un peu par malice, d’expliquer des textes de routines et des chansonnettes en frangasy parfois incompréhensibles. J’ai pris 3 chansons : « ce matin », « 1, 2, 3 zégué » et « Amina! Amina!« .

L’article a eu un certain succès. Il a été partagé sur Facebook et sur Twitter. Il a été beaucoup commenté aussi. Il m’a été rappelé, plusieurs fois ces dernier temps, par des abonnés Facebook qui, sans arrêt, se l’approprient ou le partagent sans savoir d’où viennent ces lignes.

Une petite partie des partages sur Amina dans facebook

Une petite partie des partages d’Amina sur Facebook

Mais comment ça se fait?

Je n’ai pas fait exprès. Mais, si ça se trouve, mon explication d’Amina est bien la bonne, ou peut-être que c’est juste la plus potable. Quoi qu’il en soit, les gens partagent par milliers. Il y a même un blog qui a repris la partie « Amina » de l’article (ici).

Alors, j’avoue, ce n’est pas la vraie signification « originelle » de « Amina! » mais j’ai quand même été un peu rusé dans l’écriture de l’article.

Extrait :

Amina! Amina!
Tu as donné
à Le Zimba
Cela a a
Allez matory ‘se Pascaline a! (allez dormir, chère Pascaline)
Zimbaoe (une contraction de [hoy Zimba hoe: Zimba a dit] )
Jean Claude
Sispé (Suspect)
à la ronde, à la ronde jusqu’en bas
allez matory ‘se…

Pour commencer l’article, j’ai dit que « ce matin dans ma chambrette… «   raconte l’histoire d’une fille qui, comme les paroles l’indiquent, faisait son ménage tout en jouant au piano. Grâce à cette première traduction, j’avais d’office l’approbation de mon lecteur car lui, l’avait aussi deviné comme ça. J’ai ensuite parlé de « 1,2,3 zégué » et mon explication sur le tirailleur Randria est plus que probable car c’est clairement une marche militaire. Et j’ai terminé sur Amina, une chansonnette pour laquelle personne n’a jamais eu aucune idée de sa signification. Je veux dire que de mon vivant, ni les parents, ni les ainés, ni les profs ni personne n’a jamais dit : Amina, c’est l’histoire de ceci ou cela. Pire, tout le monde ne faisait que rigoler sur un mot « suspect » qui en phonétique malgache devenait « sisi-pe » (au coin de la cuisse). Mon idée était de donner un sens, mon sens, à cette chanson mais que cela devait coller, c’est tout.

Et alors?

Déjà, les internautes gasy devraient savoir qu’il faut toujours citer sa source quand on veut partager un article du net. D’abord, par honnêteté, puis, par prudence, car si ça se trouve, vous pouvez être victime d’une arnaque ou d’un simple canular. Là, le fautif est celui qui, le premier a copier-coller le texte en ajoutant :

« hitako tany ho any dia zaraiko… » (j’ai trouvé quelque part et je partage…)

ou « ohatra ny marina kosa ity an!… » (on dirait que c’est vrai ça…)

Les autres qui se croient malins en faisant croire que la traduction est la leur sont juste des vantards qui chassent des « j’aime ». Ils sont pathétiques. Certains veulent « améliorer » la traduction initiale mais sans connaître toute la mythologie que j’ai créé dans ma tête, ça ne va pas coller.

Donc, si un article vous plaît, vous interpelle ou vous choque, donnez le lien.

Au delà de cela, j’ai une grande satisfaction. Encore une fois, j’ai pu voir l’impact possible d’un article de blog même si le buzz a mis 6 ans à se lancer, moramora. Et je le dis assez souvent, nous les malgaches avons besoin de savoir. Nous devons donner des sens à ce que nous faisons. Que signifie Madagascar? Que signifie Malagasy? Que signifie « Amina! Amina! » ?

LA VERITE

Il y a un conte africain, à chanter en tapant des main, qui dit « Amina Tolé ». Vous pouvez le voir dans cette vidéo youtube. Les paroles, dans cette vidéo, sont très contestables, « Pascalina » n’étant pas un mot africain. Dans ce lien de contes musicaux, on a les paroles en phonétique français (sans la traduction). Donc, si quelqu’un a la traduction originale, originelle, ce serait bien de la partager.

Mais nous, quand on était petits, on avait l’histoire que je retranscrivais dans l’article. « Amina » n’est pas la même partout à Madagascar. Si vous entendiez les nouvelles versions, dans certains quartiers, vous seriez pliés en 4 (de rire). Ceux de ma génération, nous parlions bien de « lettre », n’est-ce pas? On a même fait une suite qui disait : »O ry Zimba! O ry Zimba! nankaiza ny valin’ilay taratasy nomeko anao omaly maraina? » (Zimba! où est la réponse à la lettre que je t’ai donné hier matin?). C’est à partir de cela que la première partie entre Amina, Zimba et Jean Claude peut avoir lieu. Un garçon a envoyé Zimba donner une lettre à Amina mais Jean Claude, faisant la ronde, a failli surprendre Zimba. Et ça colle, parfaitement.

Je ne connais pas votre jugement. Moi je dit qu’on peut bien « malgachiser » ou « frangassiser » (nouveau mot, si vous préférez) cette chansonnette. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas donner un sens bien malgache à notre contexte? On peut faire ça avec toutes les autres expression qu’on utilise, ou les chansons qu’on chante à la manière miboeriboerika (parler en langues inconnues). On peut donner un sens. Un sens qui va éduquer nos enfants. A quoi ça servirait à votre enfant s’il se souvient, étant grand, de « Amina tiadoné alezimba, selaaa » à part un peu de nostalgie?

 

 

 

4 Commentaires

  1. Je decouvre là l’originalité t avec nostalgie, un chant ue nous escamotions enfants ici. j’ignorais l’origine. on la chantait et on continue de la chanter dans mon pays au clair de lune. sans en connaitre l’origine, on la chante, on massacre les paroles, on les adaptes, mais on la chante comme des africians. Billet interessant et educatif. je me l’approprie avec ta permission, pour la faire suivre sur à mes enfants…

  2. Donc, finalement tu as inventé cette « histoire » de toutes pièces? Il y avait quelqu’un qui a commenté sur ma publication que c’est en fait une chansonnette africaine, mais ta version me paraissait tellement plus plausible que je me suis dis que ça ne peut qu’être la vraie version.

    1. Disons que j’ai pris beaucoup de mots entendus dans les versions chantées dans mon quartier et dans ma famille pour en faire une histoire plausible. Si tout le monde aime, faisons-en la version malgache! 🙂

Les commentaires sont fermés.