#WeSelfie2015 ou autre chose, faisons une bonne action pour Madagascar

Jusqu’au 06 Mars, avec le hashtag #WeSelfie2015, l’association Les Amis du Père Pedro collecte nos selfies pour les revendre 0.50 Euro l’une (encore une blague au second degré). L’argent récolté servira à bâtir de nouvelles maisons pour les plus démunis d’Antananarivo. L’occasion, pour moi de recenser quelques actions à suivre et à soutenir pour cette année de grâce 2015 à Madagascar.

 

Illustration : « toi et moi (nous sommes) malgaches »

 

#weselfie2015, votre photo qui construit des logements

Pour ceux qui ne le savent pas, le Père Pedro est un religieux catholique qui a pris pour mission d’aider les pauvres d’Antananarivo en leur offrant un logement et du travail. #WeSelfie2015 qui serait à l’initiative de Camille Lassaux et Coralie Verron est un moyen ludique et pas fatiguant du tout de réunir des sommes pour l’oeuvre du missionaire. C’est si réconfortant de voir ces selfies de toutes nationalités qui oeuvrent tous pour le même but. Et pour une fois, la cible est Madagascar, alors, pourquoi ne pas vouloir un buzz?

Bien sûr, il est légitime de se demander pourquoi ne pas, tout de suite, donner l’argent mais demander aux gens de faire des photos comme cela. Moi, je ne connais pas les rouages de ces mobilisations sur le net. Pourtant, je pense qu’en demandant aux gens de faire quelque chose, on les concerne et ainsi, le succès de l’action est partagé. Alors, si ce n’est pas encore le 07 mars 2015,participez au #weselfie2015, ça ne coûte pas un bras.

 
 
#izahomalagasy, le combat contre la nature vengeresse
 

Autre problème, autre combat. Les photos de profil arborant un « Izaho Malagasy » (Je suis malgache) dans le même style typographique que le célèbre « Je suis Charlie » se font remarquer ces derniers temps dans les réseaux sociaux. C’est une réaction aux dégats, aux blessures et décès causés par les intempéries lors de cette saison des pluies. Faut-il expliquer plus longuement? La pluie, c’est tous les ans mais elles s’intensifient avec le réchauffement climatique. Et les dégâts sont attendus mais ils sont, malheureusement amplifiés par le manque d’entretien des maisons et des infrastructures, le manque de rigueur dans leurs confections, au laxisme, à la pauvreté.

Je ne connais pas l’association Gasy ‘Zah. Je ne suis pas en train de faire leur pub et je ne suis pas responsable de ce qu’ils font. Mais j’ai vu sur les réseaux sociaux qu’ils font des actions humanitaires. J’ai, donc, choisi leur slogan pour illustrer cet article. Mais il y a une mobilisation générale autour de ces catastrophes naturelles. J’ai déjà évoqué ici les hashtags #madaflood, #madatondradrano, #madainondations. Il vous sera facile de trouver une association, une action, une oeuvre caritative à soutenir d’une manière ou d’une autre.

Et puis, comble des malheurs, il ne faut pas oublier que pendant ce temps, le Sud de Madagascar est en proie à la sècheresse et à la famine (Kere). Là-bas aussi, il y a quelque chose à faire.

Association Gasy ‘Zah

 

Alors, je vais vous apprendre comment on dit « Izaho Malagasy ». En malgache, l’accent se met souvent sur l’avant dernier syllabe. Le « o » se lit « ou » et les terminaisons en voyelles sont presque toujours quasiment caducs (muets). En effet, ces dernières voyelles sont comme juste soufflées à la fin des mots. Ce qui donne dans si on lisait en français : « Izàou Malagass ».

Car, même si les instigateurs de ces projets veulent exhorter d’abord les malgaches qui ont déjà l’entraide dans leur culture, lorsqu’on reprend et qu’on adapte le slogan de « Je suis Charlie », c’est parce qu’on rêve que le monde entier se sentira pour un temps malgache, noyé, enseveli, affamé et sans abri. Alors, « Je suis malgache », « I am malagasy » ou « Izaho Malagasy » changera la face de ce pays.

 

#wakeupmada, quand on vulgarise les actions citoyennes

Et comme le hasard fait bien les choses, je dois aussi vous parler du 06 Mars 2015 comme d’un jour que Wake up Madagascar, un mouvement citoyen, a choisi pour manifester contre l’octroi de véhicules 4×4 aux députés de Madagascar. Eh oui, j’ai vite fait le rapprochement entre les deux dates. Pour ce qui est de la légitimité ou non de l’octroi de 4×4 aux députés, c’est encore un débat qui n’est pas fini. Je sais qu’un député est un élu et qu’il a des missions. Je sais aussi qu’à Madagascar, les routes sont très mauvaises et que certains endroits seraient difficilement accessibles, même en Monster Truck. De l’autre côté, il est clair qu’un petit pays comme Madagascar ne peut pas se permettre de donner des véhicules de centaines de millions d’Ariary à chacun de ses élus sans distinction; « parce que le pays a besoin d’argent » ailleurs comme dit le slogan de Wake Up Madagascar. Les priorités semblent très évidentes et ce n’est pas dans les avantages pour les politiciens.

Malheureusement, ce problème est devenu un sujet de « chantages déguisés« , de pressions entre les pouvoirs à Madagascar, les députés exigant du gouvernement l’achat de puissants V8 sous peine de motion de censure tandis que le Président a dans sa manche la dissolution de l’assemblée. Wake up Mada, qui est un mouvement citoyen ayant déjà eu quelques succès se fait le porte parole, à la place des solombavambahoaka (litt. ceux qui s’expriment la place de la bouche du peuple – traduction = députés) pour dire tout haut ce qui serait la vraie volonté du peuple.

Si vous aussi, vous êtes de leur avis, ou si vous voulez soutenir l’une ou l’autre des actions de #wakeupmada, vous pouvez partager leurs idées, et les soutenir à votre manière (cliquez sur l’entre-titre ou l’image ci-dessous pour accéder à leur page facebook).

#Wakeupmada

 

 Et pourtant, on a des 4×4 made in Madagascar.

Voilà, des actions sur Madagascar parmi d’autres que l’on peut retrouver facilement sur le net. C’est bizarre mais dans notre vie moderne, on peut, par de simples clics, faire des choses. Ma part était de les partager via cet article et les faux culs peuvent toujours m’accuser de manque de fierté, de pudeur ou d’amour propre mais je vais me citer à un certain degré. Car oui, Madagascar est ravagée, elle est méconnaissable, alors chers touristes, ONG, missions humanitaires, simples êtres humains de bon coeur, « ne venez pas, sinon,… venez pour nous sauver ».