Mort de Félicien, héros de la téléréalité et d’internet à Madagascar

Félicien Rakotomalala est la plus célèbre des 13 à 20 victimes recensées (car on continue de compter) lors du passage de la dépression tropicale Chedza à Madagascar. A l’heure où j’écris ces lignes, son corps est acheminé vers sa ville natale, dans le sud de madagascar et on se prépare partout à le rendre hommage à son passage.

Photo : capture d’écran TV Plus

Une star modeste et éphémère

imagesFélicien a participé à l’émission de téléréalité de la Tv Plus qui s’intitule Kopi Kolé. Le principe du concours est, comme le nom le laisse deviner, de copier un(e) chanteur(se), dans sa voix, son physique et son attitude. Moi, question téléréalité, je fais partie de ces gens qui ne regardent pas les « primes » mais qui ne ratent jamais les bêtisiers. Je ne suis pas vraiment d’accord avec les téléréalités gasy qui apprennent aux jeunes à se conformer à ce qui existe et non à se trouver son propre style. Le mérite de Kopi Kolé est, cependant, d’avoir permis de mettre en avant des sujets tabous comme le travestissement lorsque des garçons copie-collaient des chanteuses et vice versa. Pour l’histoire, le premier gagnant de Kopié Kolé a, lui, copié la chanteuse Poopy et le fait qu’il soit un garçon, « normal », ne l’a donc pas handicapé aux yeux des juges et des téléspectateurs.

J’entendais, donc, parler d’un certain Félicien qui copiait très bien Théo Rakotovao, le chanteur du groupe Mikea. J’ai senti dans les remarques et les commentaires de mes amis qu’il a séduit plus d’un et qu’il se détachait du lot malgré sa modestie et sa simplicité. Un soir, ma femme, qui ne regarde pas tant que ça la télé, m’a même recommandé de regarder un gars à la télé qui chantait la musique du sud et qui n’est pas mal du tout. La musique du Sud, car Théo Rakotovao n’est pas si bien nconnu du grand public. C’est donc Félicien qui a, logiquement et sans contestation, remporté le vote du public et la finale de la saison 2 de Kopié Kolé, tant son talent est reconnu.

La chaîne de télé et les sponsors ne se contentent pas dans ces shows là des émissions en direct et du suivi des candidats dans leurs quotidiens. Lorsque Félicien a effectué le voyage à l’île Maurice qu’il a gagné, on lui a consacré  plusieurs émissions. Les malgaches ont, alors, su que c’était son premier voyage à l’étranger, c’était son baptême de l’air et que dans toute sa famille, il doit être le seul à avoir eu cette chance. Comment un(e) jeune malgache ne peut-il pas s’identifier à un tel parcours? Ce conte de fée à la Cendrillon ne peut pas mieux s’appliquer que dans un pays pauvre comme Madagascar.

Comme tous les gagnants de ce genre de shows, pourtant, on n’a plus entendu parler de Félicien pendant quelques temps. Il avait des projets, surement, comme tous les jeunes. Il a fait des études. Il avait toutes ses chances dans la chanson. Il avait toute la vie devant lui. Mais le drame est arrivé.

Le drame

C’était pendant le passage du cyclone Chedza de la semaine dernière. Vous savez, il y a des moments comme ça où on ne voit plus le soleil pendant plusieurs jours et que tout est chaos et stress. C’est dans cet ambiance que les mauvaises nouvelles sont arrivées les uns après les autres. Il y a eu des digues brisées, des ponts coupés, des glissements de terrains, des maisons effondrées, des quartiers inondés, des noyades. Les catastrophes habituels en saison cyclonique, quoi!

Et puis, la rumeur s’est enflée sur Facebook. Félicien serait enseveli sous une coulée de boue. Il y a eu des incrédules, c’est vrai. Mais en quelques minutes, les premières photos sont arrivées. Des photos pris avec des téléphones portables sans doute, vu la qualité des images. C’est comme cela que les facebookers malgaches ont suivi en live les évènements.

Oui, sur facebook, il y avait de tout. Certains s’improvisaient reporter. Il y a eu aussi des prières. Il y a eu des poèmes, des témoignages. Il y a eu des expressions de frustrations, de colères de tristesse. Certains s’en prenaient aux pompiers, aux secouristes, aux badauds. D’autres accusaient Dieu, le gouvernement, le plan d’urbanisme. Mais il y avait surtout les photos.

Peut-être que dans les autres pays on a l’habitude mais moi, cela me gênait de voir ces clichés volés, que je ne vais pas montrer ici. C’est voyeur, c’est violent, c’est inadéquat : les secouristes qui enlèvent la boue, les badauds qui se réunissent,  le corps qui est entraperçu et dégagé presque 2 jours après, le corps sale et meurtri, les photos prises dans la morgue, et ainsi de suite.

Mais, ce serait, dit-on, un moyen de montrer, de témoigner l’amour et le respect à l’égard de Félicien.

The show must go on

Photo par Steeve Scott Donmingez

Photo par Steeve Scott Donmingez

Comme pour tous les grands artistes malgaches, Félicien a eu droit à une veillée funèbre dans un stade où des milliers de fans ont supporté la famille dans son malheur. On a comparé la nuit à un grand spectacle. Mais ce n’en été pas vraiment un. Théo Rakotovao, le modèle a même entonné ce que les gens appellent désormais « la chanson de Félicien »; quand l’original n’est pas aussi populaire que la copie. Ensuite, le cortège qui le ramène chez lui dans le Sud est salué partout où il passe. Maintenant que je fini d’écrire ce texte,

TV Plus n’a pas du tout manqué l’occasion de « rendre hommage » à son ancien protégé. Biographies, rediffusions, reportages sont en boucle depuis plusieurs jours.fb2

Photo par Dea Cool

Photo par Dea Cool

Il y a des gens qui pointent du doigt cette attitude de Tv Plus. C’est vrai qu’ils « remuent la boue qui sèche » comme dit l’expression malgache. C’est vrai aussi qu’il y a eu d’autres morts à part Félicien pendant ces jours sombres. Il y a eu des enfants emportés par les crues, il y a eu des milliers de sinistrés. En plus, personne ne se souciait plus de Félicien, comme de tous les autres candidats de téléréalités, et tout ce qui se passait autour de son accident et sa mort peut sembler démesuré.

Malgré tout, je sais pourquoi Félicien doit être célébré en héros qu’il est. Cette hyper-médiatisation est peut-être le lot de toutes les célébrités.

Mon hommage

Félicien, je ne te connais pas. Si je m’adresse à toi, je sais bien que tu es mort et que tu ne peux pas me lire. J’écris à celui qui peut me lire. Car tu nous a quitté trop tôt. Tu as été fauché en pleine gloire comme une étoile filante qui a illuminé notre ciel pendant un court moment. Est-ce que quelqu’un se rendait compte que tu étais à ce point aimé et chéri? Est-ce que toi, tu le pensais lorsque tu parcourais encore les rues presque incognito après ton triomphe à la télé? On ne connaissait pas tous ton adresse avant d’avoir vu ta maison dans les réseaux sociaux. Certains d’entre nous n’avaient même pas eu vent de tes exploits et se sont exclamés : »C’est vrai qu’il est jeune le Félicien! » en voyant ta photo dans Facebook. Mais tous se sont inclinés car tous reconnaissent ton talent et ta modestie. Ils ont été par milliers à t’accompagner jusqu’à ta dernière demeure. Tu te rends compte du potentiel qu’aurait eu ton premier album?

Ta mort a été spectaculaire, on n’a pas perdu une miette. Elle a peut-être ajouté un peu plus à ta légende mais on ne tiendra en mémoire que tes prestations sur la scène de TVplus. Tu as donné une grande leçon d’humilité et de modestie et c’est ce qui est resté gravé dans la tête et le cœur des gens. C’est pour cela que tu es devenu un héros. Un héros des temps modernes qui sera tellement vite oublié, hélas. Tu as fait ton buzz! comme on dit.11708_633088663502965_6204820834934544867_n

J’espère que Dieu décide de te sauvegarder. Et j’espère que les jeunes malgaches suivent ton exemple en restant humble et à toujours croire à leur chance malgré l’adversité. Car il ne faut pas en faire trop, il n’y a pas besoin de derrière qui twerk ou de voix qui blues. On peut gagner en restant soi-même. Oui, même si la règle générale impose maintenant de se conformer aux plus grands pour se faire remarquer, tu as montré qu’on peut gagner en prenant exemple sur ceux qui ont réussi et en imposant ton propre style.

5 Commentaires

  1. Je ne l’ai pas connu avant ce qui s’est passé et je suis entièrement d’accord avec toi sur ce voyeurisme malsain des gens qui sont allés jusqu’à voler une photo de lui à la morgue. C’est indécent! Et j’ai jeté un œil sur le reportage consacré à sa veillée où tout le monde prenait des photos avec les téléphones portables et ce genre de scène me met vraiment mal à l’aise. Personnellement, si quelqu’un que j’aime décède, je serai silencieuse par respect ou par tristesse mais pas en train de prendre le cercueil en photo. et les gens se bousculaient comme s’il s’agissait d’une bête de foire à photographier absolument. Mais bon, chacun a sa manière d’exprimer sa tristesse.

    1. Oui Soahary, c’est vraiment un phénomène nouveau créé par la télé et internet. Hier, ça a été le débat sur la relation entre ses parents et les fomba masikoro sur Fb. Du grand n’importe quoi!

Les commentaires sont fermés.