Non, les morts ne sont pas (encore) montés au paradis

Non, les morts ne vont pas au paradis. Les paradis célestes, inventions machiavéliques des religions, sont illogiques, inutiles, dangereux jusqu’à rendre la Terre infernale.

Mais ne vous méprenez pas. Je suis chrétien. On nous enseigne dans notre église, selon notre propre compréhension des écrits apocalyptiques de la Bible tout entière, que les morts sont morts, ils pourrissent et deviennent de la poussière, et c’est tout. Ce qui convient parfaitement à la moitié de moi-même, scientifique, critique et rigoureux. Ne monteront au « ciel », à un moment inconnu dans le futur, que des êtres vivants, jamais morts ou ressuscités par une « technologie » qui m’est encore inconnue et ils vivront dans un nouveau ciel et une nouvelle Terre pour l’éternité. Ce qui satisfait l’autre moitié de moi-même, croyant et espérant.

Oui, car c’est vrai que c’est l’espoir qui fait vivre (et pas que les imbéciles). S’il n’y avait rien d’autre, après, pourquoi je me retiendrais de faire toutes les folies inimaginables? Par simple humanité? Et qu’est-ce qui m’empêche de finir mes jours aujourd’hui si je sens que je souffre trop? La réponse c’est l’espoir, alors, les religions trouveront toujours des adeptes pour croire à un monde meilleur.

Le paradis, concept idiot

En visitant toutes les religions à ma portée, soit en allant dans les églises et les lieux de culte, soit dans les livres, soit dans les légendes et les discussions, j’ai aussi rencontré toutes sortes de paradis. On m’a montré un paradis catholique plein de bienheureux et de saints et un paradis anglican et puis un autre orthodoxe, presque pareils, mais avec des saints différents. J’ai entrevu le Valhalla dans la forteresse d’Asgard, puis le paradis musulman avec les palais dorés et les vierges. Il y a le Nirvana pour les religions orientales qui ne serait pas un lieu paradisiaque, mais plutôt un concept de finalité, le plus accessible de tous en quelques bouffées. N’oublions pas le monde invisible cru par les Indiens d’Amérique et sa grande et verte vallée, le voyage vers d’autres planètes attendu depuis des millénaires par d’autres peuples et Andrebabe des Malgaches.

L’univers est assez grand. On pourra y loger tous ces paradis, l’Eden vers une direction, les autres paradis vers les autres. On pourra même trouver un coin pour KaïoShinKaï, le « Pays imaginaire » et le « Village dans les nuages ».

Le contraire est impossible, car il serait invivable. On ne peut pas croire que ces paradis ne sont qu’un seul et même lieu. Comment les martyrs protestants sous l’Inquisition pourront-ils retrouver leurs bourreaux catholiques canonisés? Car pour leurs chefs religieux respectifs, ils méritent tous le paradis, n’est-ce pas? Même situation pour les croisés et les combattants d’Allah qui se sont entretués pour avoir Jérusalem. Non, c’est impossible, je vous le dis. Même pour les droits et les privilèges, c’est ingérable. Comment faire puisque Jésus a dit qu’il n’y aura plus de mari et femme au Royaume de Dieu alors que certains se pavaneront avec leurs harems de 1000 vierges ? Comment vivre en paix au paradis lorsque les Vikings continueront à se préparer pour Ragnarok? Et que faire de Sangoku qui ne cessera pas avec ses allers-retours?

Alors, la réponse, la seule qui me paraît logique est que le paradis n’existe pas ou, comme je le crois, pas encore.

Malgré tout, c’est tellement facile de croire au paradis.

On se dit que peut-être que le paradis existe. Peut-être que l’un ou l’autre de ces prophètes et messies n’a pas menti. Alors, si c’est vrai, c’est sûr qu’une vie sur Terre, même en croulant sous les milliards de dollars, même avec la meilleure santé physique au monde et même en s’abreuvant continuellement de plaisir, ce sera insignifiant face au bonheur éternel. Et c’est rarement le cas. Le plus souvent, on vit dans la misère, on est malades et les plaisirs ne durent guère.

Et puis, ce n’est pas seulement une question de promesses. C’est souvent une culture, une éducation qui est fortement ancrée dans la personnalité des gens. Certaines personnes ne connaissent rien d’autre que ce qu’on leur a dit et appris. Lorsqu’on ne leur a présenté aucune autre alternative, il leur est difficile d’ouvrir les yeux sur ce qui est aussi possible ou pas.

Et en plus, c’est gratuit. On n’a rien à payer pour croire au paradis. On se le dit et c’est tout. Le vrai danger, ce que je vais esquisser ci-après, c’est le prix qu’on nous impose pour y aller.

Comment, donc, aller au paradis?

En effet, tout ce que j’ai écrit peut vous sembler futile ou drôle. Pour moi, la religion, le paradis devraient être des sujets sérieux et surtout … amusants. Siddhârta ou Yeshua auraient eu un sens de l’humour hors du commun, si on en croit les écrits à leurs propos. Pourtant, l’image que l’on a des religions c’est les règles, les interdits et les obligations.

Avez-vous remarqué les multitudes de choses que les croyants doivent faire pour mériter le paradis? Je ne parle pas d’être gentil et de prier beaucoup. Je parle de certaines religions qui marchandent le pardon en euros et en offrandes en nature. Je parle des autres qui exigent des pratiques sadomasochistes pour plaire à leur dieu. Je parle aussi de celles qui appellent à la guerre et au sacrifice. N’est-ce pas trop cher payé ou au contraire insuffisant?

A mon avis, si le paradis n’existait pas, ce serait trop de gâchis: l’argent pour les temples, la pénitence, les guerres religieuses et tout le reste. Si au contraire, le paradis existait, je ne vois pas comment un être humain peut croire qu’il peut être agréable à un dieu crédible : Yawheh, Allah, Bouddha ou Zanahary quoiqu’il fasse comme effort. Mais de tout ce qu’un être humain peut faire dans sa vie, je pense, personnellement, qu’un Bon Dieu favoriserait une bonne action, la charité, l’amour plutôt que la violence, la guerre ou le meurtre.

Je suis, donc, chrétien, adventiste et, pour nous, le paradis est un concept qui est encore inimaginable à l’Homme (voir Bible dans I Cor. 2:9). Il pourrait exister dans le futur après la destruction de ce monde (Apocalypse) et Dieu, qui est bon, jugerait seul qui méritera d’y vivre. Personne ne pourrait se vanter d’y avoir droit même s’il a été le meilleur être humain sur terre, alors, s’il fait le mal…

 

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.