Tia et Fitiavana – Aimer et Amour

Tia (ti-ah) est le verbe aimer en malgache. Ce sont 3 jolies lettres de l’amour qui animent la vie des malgaches et du reste du monde. Les malgaches se proclament eux-même des « olon’ny fo » (femmes et hommes du cœur).Ce consonne et ces 2 voyelles donnent également le nom célèbre qui signifie amour : « fitiavana »  ou « fitia ».

Déjà, il faut savoir qu’il y a plusieurs formes dérivées de « tia » qui est un verbe racine (sans préfixe ni suffixe). On a par exemple « mitia » (aimer),  « tiavina » (être aimé), « tiana » (aimé). Et puis, « tia » est un mot hérité du vocabulaire malayo-polynésien. Pour preuve, à la place de « tia » et « mitia », on a en malaisien et en indonésien « cinta » et « mencitai ».

« Tia » et ses dérivés sont des mots qui sont prononcés au moins une fois par le malgache dans la journée. Ceci grâce à la polysémie de ces mots mais je ne vais pas m’étaler dessus. Quoi qu’il en soit « Fitiavana » fait maintenant partie de la devise de la 4ème République de Madagasikara aux côtés de « Fahafahana » (Liberté) et « Fandrosoana » (Développement ou Progrès).

Eh bien, figurez-vous qu’un malgache peut comprendre que le mot est « tia » quand il n’y a pas 1 mais au moins 4 façon de le prononcer. C’est déjà pratique pour le poète. Il peut mettre ce mot à la fin d’un vers pour rimer avec le « i » ou le « a ». En effet, même si on comprend lorsqu’on entend « ti-a », on comprend pareillement juste avec la syllabe « ti ». Avec le mot « fitiavana », on peut soit prononcer en un seul temps « tia » : fi-tia-vane, comme dans le mot « mariage », soit séparer le i et le a de « tia » pour avoir un pied supplémentaire : fi-ti-a-vane.

Et puis, il y a deux autres façons de prononcer « tia » : te (té) ou ta. A vrai dire, ces deux variantes sont devenues dans certains dictionnaires des mots à part entières pour désigner le verbe « désirer ». Mais qu’on ne me conteste pas le fait que ce sont des contractions de « tia » puisqu’ils répondent à la question : « Inona ny tianao …? » (Qu’est-ce que tu aimerais… ?) Et même que l’on peut répondre « je désire ceci ou cela » en mettant « Tia » devant comme ça : « Ny tiako izao dia… » (Ce que j’aimerais maintenant c’est…) au lieu de la forme « Izaho te-… », « Izaho ta-… » (J’aimerais… ou je désire …).

Venons-en, maintenant, à la phrase que vous attendez tous : « Tiako ianao » (Je t’aime).  On peut la prononcer ainsi (entre autres prononciations) : Tik énaou. « Tiako » signifie « J’aime » et « ianao » c’est « toi ». Traduit mot à mot, cela donnerais en français : Ce que j’aime, c’est toi! Remarquez que sous cette forme, c’est un verbe d’état. Cela renvoie à un état subi par celui qui aime. On pourrait le rendre actif en le changeant simplement de forme « mitia anao aho » ou »tiaviko ianao » qui mot à mot donnerons bien je t’aime (je fais l’action de t’aimer) mais personne ne le dit comme ça.

Voilà, j’espère maintenant que vous avez tout compris sur le « Fitiavana ». Oui? Non? Et pourtant, je vous ai donné la racine du mot, les dérivés, l’histoire, les anecdotes, les prononciations et quoi encore…Eh oui, on ne peut pas comprendre l’amour avec ma méthode. C’est pour cela que je vais mettre après ce texte un poème de notre Rado national et deux jolies chansons de jeunes malgaches en exemple sachant que presque tous les chanteurs malgaches ont leur chanson « tiako ianao » dans le répertoire. Seuls les mots des poètes peuvent résoudre l’impossible sans avoir besoin d’éprouvettes ni de formules mathématiques.

Excusez ma traduction, très libre.

TIAKO IANAO (Je t’aime)

Tiako ianao no sady halako (Je t’aime autant que je te déteste)
Fa mangidy koa no mamiko! (Car tu es aussi amère que douce pour moi)
« Fahavaloko », « Malalako » (« Mon ennemie », « mon adorée »)
samy anaranao raha amiko. (Sont tous les deux tes noms pour moi)

Angolaiko hoe « fitiavako » (Je te parle mielleusement en « Mon amour »)
Na mbantiko hoe « Mpamitaka » (Ou je te traite de « Traîtresse »)
Mifangaro eo am-bavako (La colère et la gratitude)
ny hatezerana sy sitraka (se mélangent dans ma bouche)

Tezitra aminao ny foko (Mon cœur te déteste)
Misamboaravoara erikitra! (Et s’emballe complètement)
Kelikey indray…Misoko (Mais doucement…quelques temps après)
ilay fitiavako mamikitra. (Mon amour s’accroche)

Rado (1966)

http://www.youtube.com/watch?v=fQp47H6m0xI

 

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE