A Madagascar le truel continue

Scène de western : ils sont trois, trois shérifs ou trois bandits on ne sait pas vraiment, mais pour l’instant ils tiennent Madagascar en haleine, en joue, en otage.

Eux, ce sont El Presidente, Gouverneur et Lower House

El Presidente est un Cow-boy latino solitaire : il écoute, mais n’entend pas, il regarde, mais ne voit pas. Pourtant, il n’est ni aveugle, ni sourd, il est juste indomptable. Méfiez-vous de son sourire, car ce n’est jamais un gage de sympathie. Et il ne faut jamais tourner le dos à El Presidente, ses meilleurs amis ont en déjà payé les frais. Son arme favorite est son flacon d’acide. Et aujourd’hui, il le pointe vers Lower House dont il promet la dissolution en cas de mouvement brusque.

Gouverneur est un gros frenchie âgé. Il se dit pacifiste et il se protège derrière El Presidente. En vérité c’est lui qui tient le robinet du réservoir d’eau de la ville de main ferme; c’est lui qui donne les ordres à toute la bande. Il exécute les ordres d’El Presidente, mais doit aussi ménager les ardeurs de Lower House. Et aujourd’hui, il se tient entre les deux, entre deux feux.

Lower House, justement, le natif, se dit représentant du peuple et a promis de ne pas oublier sa famille nombreuse s’il tire le jackpot. Son arme préférée, qu’il pointe vers Gouverneur est son revolver « motion » . Le problème de Lower House est sa Schizophrénie. C’est simple, il ne peut rien faire s’il n’est pas d’accord avec lui-même et avec lui-même et aussi avec lui-même. D’où sa lenteur de décision. En fait, il ne dégaine jamais rapidement que lorsqu’il remplit son propre ventre.

Voilà la scène. Elle vous fait rire? Pourtant elle nous fait pleurer, car ces trois gars sont nés de la même mère, notre mère à nous tous. Ils ne sont pas supposés se tenir là à se faire peur et à se faire des coups bas, ils sont censés travailler ensemble pour tirer la famille de la misère.

Oui, vous trois, vous avez réussi, vous avez le pouvoir, l’argent, la notoriété. Arrêtez de vous battre et pensez à vos petites sœurs et vos petits frères.

Pour lire l’équivalent en malgache de cet article, cliquez ici.