De l’air svp!

La science-fiction, ce genre narratif qui anticipe sur le futur, n’est pas une science, contrairement à son nom mais s’apparente plutôt à de la divination. Toutefois, les auteurs de ces œuvres s’appuient souvent sur les recherches scientifiques et sur les théories des vrais scientifiques.

Alors, quand la science-fiction d’hier se réalise aujourd’hui, certains s’étonnent, attribuant aux auteurs des dons de prophétie, de précognition comme on dit dans ces films. Mais pour d’autres, c’est juste la preuve que les hypothèses se vérifient.

Mais voilà, il y a toujours deux visions opposées sur le futur, l’optimisme et le pessimisme. La première dépeint un monde beau et brillant, rempli de gadgets de toutes sortes, et peuplé de gens heureux. L’autre hypothèse est celle d’un monde plongé dans le noir, pollué, oppressant et anachronique.

Entendons-nous bien, les œuvres de science-fiction du siècle dernier et qui parlent des années 2000 peuvent se vérifier de nos jours si elles ont été justes ou non dans leurs prédictions. Moi je dirai qu’en vérité, ce futur que nous somme en train de vivre est à deux visages.

D’un côté, ce qui est moins inquiétant, c’est que les avancées technologiques sont parfois inespérées : smartphone, tablettes, imprimante 3D, internet, voiture électrique, microchirurgie, etc.

De l’autre côté, ce qui fait un peu plus peur, c’est que certaines visions pessimistes se réalisent aussi : dérèglements climatiques, grand cataclysmes « naturels », pollution, maladies incurables. Aujourd’hui, tout le monde est surveillé, tout le monde est filmé : SMS, mail, appel téléphonique, caméra de surveillance, micro cachés, GPS, satellites en tout genre. Puisque tout est scanné, tout est tracé, donc tout peut être retrouvé, sauf certains avions. Aujourd’hui, grâce à l’imprimante 3D on peut soit sauver des vies,  mais on peut aussi s’en servir pour fabriquer des armes

Mais, ce qui est, à mon avis, le plus caractéristique des films de science-fiction pessimistes est qui s’est malheureusement réalisé c’est la pollution. On vit sur des détritus et surtout dans le Smog, cet épais brouillard à l’odeur âcre qui nous pique le nez et les yeux. Un peu comme dans Metropolis, dans Megapolis et tous les trucs à « polis » qu’on peut trouver comme nom de ville futuriste.

Peut-être que certains d’entre vous vivent dans des villes propres ou à la campagne et croyez que si vous ne voyez pas des tonnes d’ordures dans vos rues, ni de brouillard apparent, alors vous êtes à l’abri. Mais, en vérité, la pollution de l’air est devenue globale et à cause des courants d’air, on peut toujours être exposé même si on est loin des villes. La pollution de l’air est plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’a été depuis très très très longtemps.  Et le risque, s’il faut le rappeler ce sont des maladies comme l’asthme, la bronchite chronique, la sinusite, les cancers du poumon, les autres cancers, etc. etc.

masquecanette

Alors,  on n’est pas encore obligés de mettre des combinaisons spatiales chaque fois qu’on sort de la maison; même si ce serait fun pour certains, ce serait plutôt encombrant pour les gens normaux. Il faut, cependant, trouver et vite la solution pour préserver l’air pur. Je ne parle pas de les mettre en canette ou en bouteille comme certains le font, plus ou moins sérieusement, mais plutôt de réduire sa pollution…autant que faire se peut.