Vous ne devinerez jamais pourquoi j’ai pas (encore) mis mes photos dans le blog

Vous ne devinerez jamais pourquoi j’ai pas (encore) mis mes photos dans le blog

Je suis de ces personnes qu’on a du mal à définir. On dit : multi-facettes. Il arrive qu’une personne ne me connaisse que d’un seul point de vue. Ces gens là m’appellent Chef Andriamialy (chef scout, ou chef de chœur ou pour me narguer parce qu’au boulot, je ne suis pas du tout chef) ou Balsama du nom d’un groupe musical que j’ai créé ou Papa de Nathan ou Papa des jumeaux pour ceux qui ne savent pas que les jumeaux ont de grands frères ou quelque chose de ce genre.

Dans la blogosphère malgache, on m’appelle lay andriamialy, du fait de mon premier blog. Dans mon ancien blog, il y a du texte, beaucoup de texte et dans une page, il y a des peintures à l’eau que j’ai faites étant jeune. Pas de photos, ou très peu!

Dans ce corbeille (ce blog), je voulais depuis le début mettre en avant un de mes talents, disons assez vieux mais qui ne s’est pas encore très bien exprimé : la photographie. Je ne voudrais pas spécialement d’un blog photo, mais que mes articles soient décorés par de belles photos que j’aurai moi-même pris.

L’histoire

J’ai eu mon premier appareil à 14 ans. C’était un petit compact totalement mécanique qui produisait de superbes photos. Vous vous souvenez du temps de la pellicule? C’est bien de ça que je parle, c’était dans les années 1990.
Plus tard, on a eu un nouveau appareil, toujours un petit compact mais avec flash et dont la pellicule tournait toute seule. Les photos n’était pas meilleurs mais on prenait des photos par dizaines avec.
Jusque-là, mon amour de la photographie était d’abord limité par l’ignorance mais aussi par le budget. Donc, pour moi, un appareil photo, c’était un compact et une belle photo était une photo pas floue et pas trop sombre.
Continuons notre histoire. Je vous ai déjà raconté que ma mère m’achetait des outils pour assouvir mes passions : instruments de musiques par exemple. Eh bien, ça lui a couté la moitié de mon salaire actuel pour m’acheter un appareil photo numérique minuscule. Il prenait des photos de 1 mégapixel, c’est à dire moins grand que ce que fournissent aujourd’hui les téléphones chinois très bas de gamme (qu’on appelle chez nous Foza orana, l’écrevisse américaine qui fait des ravages dans nos lacs et étangs).

Il faut expliquer que ma mère avait au boulot un système qui lui permettait d’acheter à crédit des trucs de ce genre exactement le mois de mon anniversaire.
3 appareils numériques et un peu plus de 3 anniversaires plus tard, donc, je me retrouve avec un joli petit compact numérique de 10mpx de chez SONY. C’est avec cet appareil, qu’on m’a plus tard volé d’ailleurs, que mon intérêt pour la belle photo s’est définitivement réveillé. Beaucoup de mes photos sur Facebook sont encore de cet appareil.

Récemment, j’ai remplacé ce SONY qu’on m’a volé par un Samsung très bon marché et  performant. Mais je n’était pas du tout satisfait et je voulais, enfin, acquérir un Reflex, c’est à dire un appareil photo qui utilise un miroir ou un prisme et qui fournit les plus belles photos.
Pour tout dire, le plus bas de gamme des appareils reflex coûte actuellement 10 fois le SMIC malgache. Après avoir évalué mes économies, je devais me résoudre à acheter un bridge, c’est à dire un appareil qui fait le pont entre le compact et le reflex.
J’ai ouvert, en même temps mon blog de chez mondoblog. Mais comme il y avait un peu d’attente pour savoir si j’étais admis ou non parmi les blogueurs mondoblog, j’ai entre-temps vendu le bridge et je me suis dit que je pourrais gagner un peu plus pour m’offrir un reflex.
Malheureusement, j’ai dilapidé l’argent de la vente du Bridge dans des couches, des lingettes et des boîtes de lait en poudre. Ma mère me dit toujours : »Ne vends jamais un bien, l’argent liquide coule comme de l’eau » (en malgache, ça fait moins pléonasme). J’ai répondu, que cette fois-ci j’ai fait mieux en transformant un Bridge en couches sales.

Mais ce n’est pas la triste fin de l’histoire.

Actuellement, j’ai en ma possession un vrai reflex pas professionnel mais quand même un reflex. Ne me demandez pas comment je l’ai payé car ce n’est pas encore fait!

Mais pourquoi,donc, il n’y a pas encore de belles photos exclusives qui ornent mes articles?

Eh bien, c’est parce que je vis à Antananarivo, je travaille tous les jours à Antananarivo. L’autre jour, ma sœur s’est fait arraché son appareil photo à Analakely (dans le centre de la ville). A 50 mètres de là, j’ai vu de mes yeux un touriste chinois se faire voler son appareil photo qu’il a rangé dans son sac à dos. Pas plus tard qu’il y a une semaine, la voiture devant moi a été la cible d’un pickpocket et c’est la femme, côté passager qui a eu le téléphone volé.

Je vois bien qu’il y a plein de touristes, de journalistes et sûrement quelques frimeurs qui se baladent downtown avec leurs gros calibres mais excusez-moi, je ne vais pas prendre de risque avec un appareil que je n’ai pas fini de payer.

Ou peut-être un de ces jours, avec un peu plus de courage.

On verra pour les prochains articles.

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.